EuroPol, Kündigungsbutton, Krypto-Märkte-Verordnung — Telemedicus

+++ Traitement des données à l’échelle de l’UE : le règlement Europol est entré en vigueur

+++ Bouton d’annulation : loi pour des contrats de consommation équitables en vigueur

+++ Réglementation européenne sur les marchés des actifs cryptographiques

+++ Copyright : Pas de question préalable lors de la vente d’ordinateurs

+++ Vidéo d’Ibiza: Enquêtes contre le cerveau présumé

Traitement des données à l’échelle de l’UE : le règlement Europol est entré en vigueur
Le règlement européen Europol (2016/794) est entré en vigueur mardi, élargissant considérablement les pouvoirs de l’Office européen de police en matière de traitement des données. EuroPol est désormais en mesure de “traiter des données personnelles sans catégoriser la personne concernée, aussi longtemps et chaque fois que cela est nécessaire pour soutenir une enquête pénale spécifique en cours”. Les services de police nationaux fournissaient depuis longtemps des données d’enquête à leurs collègues européens, pour lesquelles il manquait jusqu’à présent une base de traitement. Ces données peuvent désormais également être utilisées par la réglementation. Les critiques parlent de légalisation rétroactive. En outre, EuroPol peut recevoir, stocker et analyser des données personnelles de sociétés telles que des intermédiaires, des banques et des compagnies aériennes.
Au message sur heise.de.
Pour la critique sur netzpolitik.org.

Bouton de résiliation : loi pour des contrats de consommation équitables en vigueur
Depuis le 1er juillet, les contrats pouvant être conclus en ligne doivent également pouvoir être résiliés en ligne – à l’aide du bouton de résiliation. Il est stipulé que le bouton doit être clairement conçu avec un libellé clair tel que “Résilier les contrats ici”. L’entreprise destinataire doit confirmer sans délai la réception de l’avis de résiliation. Sont exclus les contrats qui exigent légalement une résiliation écrite. La solution de boutons est principalement utilisée pour la protection des consommateurs sur Internet et complète à cet égard les boutons “Commander avec frais”.
Au message sur heise.de.
Au message sur chip.de.

Règlement de l’UE sur les marchés des actifs cryptographiques
Le Parlement européen, le Conseil des ministres et la Commission européenne se sont mis d’accord sur le principe d’un règlement sur les marchés des actifs cryptographiques (MiCA). Les destinataires sont les émetteurs d’actifs cryptographiques ainsi que les plates-formes de négociation et les fournisseurs de portefeuilles virtuels. À l’avenir, ils devraient détenir une réserve suffisamment liquide dans un rapport de 1:1 aux valeurs numériques. De plus, les crypto-monnaies doivent être supervisées par l’Autorité bancaire européenne (ABE) et doivent donc avoir un siège dans l’UE. Des informations sur l’empreinte environnementale et climatique des actifs cryptographiques doivent également être divulguées. Les détenteurs d’actifs cryptographiques devraient avoir droit à un échange à tout moment et gratuitement. Enfin, les transactions devraient pouvoir bénéficier d’une limite journalière. En tant que normalisateur, de grandes attentes sont placées sur la réglementation.
Au message sur heise.de.
Au message sur faz.net.

Droit d’auteur : pas de décision préjudicielle sur la vente d’ordinateurs
Le BGH a été autorisé à statuer sur une question relative à une obligation de rémunération du droit d’auteur sans soumettre au préalable l’affaire à la CJUE pour interprétation. Le BVerfG en a décidé ainsi. Le droit au juge statutaire de l’article 101 (1) phrase 2 de la Loi fondamentale n’est pas violé. La Cour fédérale de justice a vérifié si elle devait d’abord se présenter et si elle respectait les exigences de la CJCE pour l’exécution d’une procédure préjudicielle. La question du droit d’auteur a déjà été clarifiée par la CJUE. Concrètement, le BGH s’est prononcé contre une obligation du droit d’auteur de verser une rémunération pour les ordinateurs s’ils sont vendus directement à des clients finaux commerciaux.
Aux actualités sur lto.de.
Sur notification du BVerfG.

Vidéo d’Ibiza : Pas de conséquences pénales pour le cerveau présumé
Les enquêtes contre l’auteur présumé de la soi-disant vidéo d’Ibiza ont été abandonnées pour des raisons de preuve et en référence à une condamnation différente. Le détective privé était accusé d’escroquerie, de falsification de documents et d’utilisation abusive d’appareils d’enregistrement ou d’écoute du son. La vidéo publiée en 2019 montrait le vice-chancelier du FPÖ Strache dans une conversation avec une supposée nièce oligarque russe. La publication a conduit à la démission de Strache et à la rupture de la coalition ÖVP-FPÖ à l’époque.
Aux nouvelles sur lto.de.
Aux nouvelles de la Kronenzeitung.

  • Hans-Christian Gräfe est membre de l’équipe centrale de Telemedicus, chercheur associé à l’Institut Weizenbaum pour la société en réseau et chargé de cours à l’Université technique de Berlin.

Leave a Comment