Mehr Kinder und Jugendliche bei Bildung und Teilhabe

  • Ajouter à Facebook




galerie de photos

Plus d'enfants et de jeunes dans l'éducation et la participation

Plus d’enfants et de jeunes dans l’éducation et la participation

Publié : 26/06/2015 par MainWork

» les communautés à l’honneur
»» Offenbach-sur-le-Main

L’année dernière, beaucoup plus d’enfants et de jeunes qu’en 2013 ont pu bénéficier des prestations « éducation et participation » du Code de la sécurité sociale II (sécurité de base pour les demandeurs d’emploi). Ces avantages comprennent des subventions pour les repas du midi partagés dans les crèches et les écoles, de l’argent pour la participation à la vie sociale et culturelle, par exemple les adhésions au B. Club, les services de transport scolaire et les voyages scolaires ainsi que la prise en charge des frais de soutien à l’apprentissage et de tutorat. , si cela est nécessaire. Ces prestations sont approuvées par le centre pour l’emploi MainArbeit sur demande et versées aux prestataires de services respectifs pour les enfants et les jeunes.

De plus, il y a une subvention pour les fournitures scolaires deux fois par an. Exceptionnellement, cela ne doit pas être demandé séparément, mais est automatiquement crédité aux familles des enfants scolarisés. Reçu en 2014

4 646 fournitures scolaires pour enfants et jeunes (année précédente 4 118)

2 994 enfants et jeunes de l’argent pour le déjeuner (2 942)

1 085 ont utilisé de l’argent pour une participation sociale et culturelle jusqu’à 10 euros par mois (694)

84 enfants et jeunes ont reçu une subvention pour le trajet quotidien à l’école (année précédente : 80 ; il convient de mentionner ici que ces avantages n’intéressent que les quelques étudiants qui ne reçoivent pas le remboursement des frais de déplacement en vertu de la loi scolaire de Hesse)

L’argent pour le soutien à l’apprentissage a été accordé 377 fois (248)

Les voyages scolaires ont été financés par Pôle Emploi dans 1 571 cas (1 507).

Les prestations au titre du SGB II visent à réduire les désavantages auxquels sont confrontés les enfants de familles à faible revenu et à leur permettre de participer au minimum aux activités sociales et culturelles. Les frais y afférents sont intégralement remboursés à la commune par le gouvernement fédéral.

« Les enfants pauvres ne sont pas seulement désavantagés financièrement. Le manque de moyens de la famille devient très vite un handicap dans l’éducation et une exclusion de la vie sociale. Je suis heureux que le législateur ait réagi à cela et débloque des fonds pour soutenir les enfants des familles qui perçoivent des prestations sociales. C’est de petites quantités. Mais ils peuvent aider à créer un peu plus d’égalité des chances. Aucun enfant ne devrait être laissé pour compte à l’école simplement parce que les parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité supplémentaires », commente le Dr Felix Schwenke. L’intensification des services pour l’éducation et la participation est l’un de ses principaux objectifs en tant que responsable des affaires sociales dans le domaine de ​​​​SGB II. Étant donné que les services ne sont accordés que sur demande, il est essentiel que les parents du centre pour l’emploi, de la crèche, de l’école et d’autres points de contact soient bien informés de ces opportunités pour leurs enfants et soutenus dans le processus de demande. Cela a bien fonctionné dans le travail principal. Environ les trois quarts de tous les enfants ayant droit à une demande ont été atteints.

Dans une comparaison de Hessen, seuls deux centres pour l’emploi avaient un taux de participation plus élevé, tandis que tous les autres avaient un taux nettement inférieur. La moyenne hessoise est un bon 50 pour cent. “Ceci est particulièrement remarquable compte tenu du fait qu’à Offenbach une proportion particulièrement élevée de parents bénéficiaires du SGB II sont issus de l’immigration et ont souvent de faibles compétences linguistiques. Il est très gratifiant que tous ces parents aient été manifestement bien touchés”, ajoute le directeur. des Affaires Sociales.

MainArbeit a beaucoup fait pour fournir aux parents de bonnes informations et les soutenir dans l’application. Le Pôle Emploi travaille en étroite collaboration avec les écoles, mais aussi avec les associations de migrants et les centres de conseil. Avec l’Offenbacher Bildungskarte, MainArbeit a également installé un système de facturation électronique très simple qui réduit l’effort administratif, qui n’existe jusqu’à présent que dans quelques agences pour l’emploi en Allemagne.

« Contrairement à de nombreuses autres prestations sociales, il n’y a pas de conflit avec la situation budgétaire précaire de la commune dans le cas de l’éducation et de la participation. Le gouvernement fédéral rembourse 100 % des coûts. C’est pourquoi Schwenke, en tant que trésorier de la ville, peut également se réjouir du fait qu’un peu plus a pu être fait pour les enfants de familles pauvres à Offenbach l’année dernière que l’année précédente.

www.familien-blickpunkt.de

Leave a Comment