Deutsche Telekom: Google, Netflix, Amazon und Co. sollen für Netze zahlen

Deutsche Telekom demande à nouveau que les principaux services Internet Google, Facebook, Netflix, Apple, Amazon et Microsoft paient pour l’utilisation des réseaux. Ceux-ci entraîneraient la part du lion du trafic de données. Les arguments sont maintenant étayés par deux études.

De “partage équitable des coûtsSelon un article du blog de Telekom, tant l’économie numérique que la protection du climat bénéficieraient du fonctionnement et de l’expansion des réseaux en Europe. Dans le “bat son plein» est désormais le débat sur la « répartition équitable des coûts ». On entend par là les tentatives de lobbying qui durent depuis des années. Ce n’est qu’en décembre que les présidents de 13 groupes de télécommunications européens ont publié une déclaration selon laquelle les principaux services Internet devraient participer à l’expansion du réseau.

L’argument est toujours le suivant : tandis que les opérateurs de réseau financent les réseaux, les services Internet monétisent le trafic de données qui transite sur les réseaux. Et les entreprises de télécommunications n’auraient aucune chance de participer de manière appropriée. Par conséquent, les règles au niveau de l’UE devraient être adaptées.

Les entreprises technologiques génèrent le plus de trafic

Les exigences du billet de blog sont désormais renforcées par deux études. Une étude préparée par Frontier Economics pour Deutsche Telekom, Orange, Telefónica et Vodafone arrive à la conclusion que les coûts de réseau liés au trafic à travers l’Europe totalisent entre 36 et 40 milliards d’euros par an. Les valeurs diffèrent selon les pays, mais en moyenne elles seraient comprises entre 40 et 47 euros par client dans le réseau fixe et entre 43 et 46 euros dans les communications mobiles.

Comme indiqué : Cette somme concerne uniquement le trafic de données, les coûts pour d’autres aspects tels que l’extension du réseau ou d’autres coûts d’exploitation ne sont malheureusement pas inclus. Sur la base de cette étude, il n’est donc pas possible de déterminer quelle est la part du trafic de données dans les coûts totaux.

Selon Telekom, une autre étude d’Axon montre également que Google, Facebook, Netflix, Apple, Amazon et Microsoft représentent la moitié du trafic de données. Ils en profiteraient particulièrement sur le plan économique. “La capitalisation boursière de ces six sociétés est 30 fois supérieure à celle des huit plus grandes sociétés de télécommunications européennes réunies“, indique le blog. De plus, les groupes pourraient enregistrer une croissance importante de leurs ventes, alors que les ventes des entreprises européennes de télécommunications ont même chuté de sept pour cent depuis 2015.

Des milliards pour les opérateurs de réseaux européens

Compte tenu des coûts élevés d’extension du réseau et de la baisse des ventes, Telekom exige donc la participation des entreprises technologiques. Axnon calcule des scénarios dans lesquels les opérateurs de réseaux européens recevraient 10, 20 ou 30 milliards d’euros par an. Selon ce calcul, quelque chose comme ça ne serait pas seulement lucratif pour les opérateurs de réseau. De cette façon, l’expansion de la fibre optique pourrait être accélérée et l’économie numérique en bénéficierait également, créant de nouveaux emplois. De même, les émissions de CO2 pourraient être atteintes grâce à la transition vers une exploitation plus respectueuse du climat des centres de données.

La mesure dans laquelle les demandes des opérateurs de réseau sont justifiées fait l’objet de débats depuis des années. Les critiques notent régulièrement que les plateformes de streaming et les services gourmands en données sont les principales raisons de choisir un forfait de données rapide – et donc coûteux. Sans les services internet des entreprises technologiques, les offres des opérateurs de réseau seraient également beaucoup moins intéressantes.

De plus, de tels versements de cotisations des services Internet sont difficilement conciliables avec la neutralité du net. Si certaines entreprises paient pour l’accès au réseau, cela pourrait conduire à un réseau à deux niveaux.

Leave a Comment