Kinderreport 2022 des Deutschen Kinderhilfswerkes: Breite Mehrheit für eine …

Fonds allemand pour l’enfance eV

Berlin (ots)

Selon une enquête représentative pour le Children’s Report 2022 du Fonds allemand pour l’enfance, une grande partie de la population en Allemagne demande que les droits de l’enfant soient ancrés dans la Loi fondamentale afin de mieux prendre en compte les intérêts des enfants et des jeunes dans l’avenir. Dans l’intérêt d’une société plus équitable pour les générations, davantage d’agents de l’enfance et de la jeunesse dans les gouvernements fédéral, étatiques et locaux et l’examen de toutes les nouvelles mesures juridiques pour leur bienveillance envers les enfants et les jeunes sont considérés comme judicieux. Une large majorité est également favorable à la création d’un conseil consultatif permanent pour la participation des enfants et des jeunes au gouvernement fédéral, au sein duquel les enfants et les jeunes eux-mêmes seraient également représentés. Plus des deux tiers des répondants aimeraient également que toutes les lois existantes soient révisées pour voir si elles sont adaptées aux enfants. Une nette majorité d’enfants et de jeunes sont également favorables à l’abaissement de l’âge de vote et à l’élargissement des parlements d’enfants et de jeunes.

Seule une petite minorité pense que le secteur public en Allemagne investit suffisamment pour assurer un bel avenir aux enfants et aux jeunes. Un besoin d’investissement se fait sentir dans le domaine des infrastructures publiques, dans l’éducation, dans la numérisation, dans la protection de l’environnement et du climat et dans la lutte contre la pauvreté des enfants. Pour financer ces tâches, une taxation complémentaire des très hauts revenus est privilégiée. Ce sont les résultats centraux d’une enquête représentative de l’institut de recherche politique Kantar Public au nom du Fonds allemand pour l’enfance pour le rapport 2022 sur les enfants, que le président du Fonds allemand pour l’enfance, Thomas Krüger, le Premier ministre de Rhénanie-Palatinat, Malu Dreyer, et le directeur général fédéral du Fonds allemand pour l’enfance, Holger Hofmann, présenté à Berlin aujourd’hui.

“Nous avons un besoin urgent de plus de mesures pour une société générationnelle juste dans laquelle les enfants ont des chances égales dans la vie, la sécurité sociale et un environnement durable, sûr et sain. Différents aspects de la justice générationnelle peuvent être identifiés, par exemple la prise en compte égale des intérêts de générations actuelles et futures ou un juste équilibre entre les intérêts des personnes âgées et des jeunes. En tant qu’organisation de défense des droits de l’enfant, nous percevons une négligence presque systématique des intérêts des jeunes en Allemagne dans ce contexte, mais surtout dans le débat politique. d’une part, les préoccupations des enfants et des jeunes sont souvent tout simplement ignorées, d’autre part, leurs intérêts – même s’ils sont perçus – ne sont considérés qu’au second plan. Si cette tendance devait se confirmer à long terme, notre société est confrontée à un défi crucial. Parce que notre lien démocratique passe par la réussite à rendre équitablement justice aux intérêts des générations actuelles et futures », souligne Thomas Krüger, président du Fonds allemand pour l’enfance.

“Les enfants et les jeunes ont des idées très précises sur le monde dans lequel ils veulent vivre. Ce monde devrait être plus durable, plus inclusif et social et les opportunités pour chacun devraient être réparties plus équitablement. Surtout dans la pandémie, les jeunes en particulier apporter leur contribution à la communauté et à la protection des groupes vulnérables. En même temps, ils ont trouvé des moyens créatifs de faire entendre leurs problèmes – par exemple la protection du climat », explique le Premier ministre Malu Dreyer. “En tant que décideurs dans la politique, la société et les affaires, nous avons le devoir ici et maintenant de renforcer la jeune génération dans sa participation sociale et de permettre à ses préoccupations de se refléter dans nos décisions. Le Rapport sur les enfants 2022 le montre clairement.” Cela commence par l’inclusion des droits de l’enfant dans la Loi fondamentale, qui sont inscrits dans la constitution de la Rhénanie-Palatinat depuis 2000, et s’étend jusqu’à l’abaissement de l’âge de vote à 16 ans afin de renforcer la participation des jeunes à la prise de décision politique. Mais cela s’applique également à la mise en œuvre des droits de l’enfant dans la pratique. “En Rhénanie-Palatinat, nous nous engageons pour l’égalité des chances grâce à l’éducation non contributive de la garderie à l’université et soutenons les familles grâce à une aide précoce, un réseau d’institutions familiales et la promotion de la compatibilité de la famille et du travail. La pandémie et l’inflation sont un fardeau sur les familles, les enfants et les jeunes en plus. Afin de lutter contre la pauvreté des enfants à long terme, nous avons besoin d’une sécurité de base pour les enfants. Je me réjouis vivement que le gouvernement fédéral veuille maintenant introduire cela », a déclaré le Premier ministre Malu Dreyer.

“Un grand nombre d’initiatives et de décisions politiques sont nécessaires pour une politique équitable pour les enfants et avec les enfants. Par exemple, l’ancrage des droits de l’enfant dans la Loi fondamentale, davantage de responsables de l’enfance et de la jeunesse dans les gouvernements fédéral, étatiques et locaux ou un examen de toutes les nouvelles mesures légales pour leurs enfants et l’accueil des jeunes. Nous devons collecter plus de fonds qu’auparavant pour les infrastructures publiques, pour l’éducation, pour la protection du climat et de l’environnement ou pour lutter contre la pauvreté des enfants en Allemagne. Ces dépenses devraient être financées principalement par des fiscalité des très hauts revenus et par l’épargne des autres Poste comme la construction de routes ou le développement économique Lorsqu’il s’agit de contracter de nouvelles dettes en vue des besoins de dépenses publiques supplémentaires pour un bon avenir pour les enfants et les jeunes , un budget devrait être la règle du point de vue de la priorité du bien-être de l’enfant », explique Thomas Krüger.

Pour le rapport sur les enfants 2022 du Fonds allemand pour l’enfance, l’institut de recherche politique Kantar Public a mené deux enquêtes, une auprès d’enfants et de jeunes (10 à 17 ans) et une auprès d’adultes (18 ans et plus) en Allemagne. Au total, 1 691 personnes ont été interrogées, dont 645 enfants et jeunes et 1 046 adultes. Les enquêtes ont été réalisées en ligne à l’aide d’un panel d’accès (enfants et adolescents) et au moyen d’entretiens téléphoniques assistés par ordinateur (adultes). Les questions ont été posées aussi bien aux enfants et aux adolescents qu’aux adultes, mais les enfants et les adolescents ont reçu un questionnaire dont la formulation avait été adaptée à la tranche d’âge. La tolérance à l’erreur de l’enquête chez les enfants et les adolescents est inférieure à 1,7 (dans une proportion de 5 %) ou 4,0 points de pourcentage (dans une proportion de 50 %) avec une probabilité de 95 %, tandis que pour les adultes, elle est inférieure à 1 . 4 (avec une valeur d’action de 5 %) ou 3,1 points de pourcentage (avec une valeur d’action de 50 %).

Le rapport sur les enfants 2022 du Fonds allemand pour l’enfance, les résultats de l’enquête représentative pour le rapport sur les enfants 2022 et un résumé du rapport sur les enfants 2022 peuvent être téléchargés sur www.dkhw.de/Kinderreport2022.

Contact presse:

Informations complémentaires et questions :
Uwe Kamp, porte-parole
Téléphone : 030-308693-11
Portable : 0160-6373155
Courriel : presse@dkhow.de
Internet : www.dkhw.de
Facebook : www.facebook.com/dkhow.de
Twitter : @DKHW_de
Instagram : deutscheskinderhilfswerk_e.v

Contenu original de : Deutsches Kinderhilfswerk eV, transmis par news aktuell

Leave a Comment