Benefizkonzert mit Olga Scheps in der Dommusik

DOMRADIO.DE : Madame Scheps, vous donnez ce mercredi un concert-bénéfice dans l’auditorium du Lindenthal Kardinal-Höffner-Haus, le centre choral de Cologne Cathedral Music. La particularité sera qu’en première partie de soirée, les élèves de l’école de musique de la cathédrale se produiront. Et dans la deuxième partie, un pianiste de renommée mondiale joue qui est lauréat du prix ECHO Classic, a remporté de nombreux prix dès son plus jeune âge et se trouve toujours au sommet de tous les palmarès de la musique classique. Comment est née cette coopération ?

Olga Scheps (pianiste de concert): Il y a quelques mois, j’ai joué à l’initiative privée de Cologne “Music in the Houses of the City” et on m’a demandé si je pouvais imaginer participer à un concert caritatif pour l’organisation “Cristo Vive”, qui à son tour était soutenue par l’association Cologne “Evamari & Andreas Röhling Foundation” est soutenue et fait campagne pour que les enfants boliviens se produisent dans la musique de la cathédrale de Cologne. L’initiateur est Dagmar Schulte, engagé depuis de nombreuses années dans des projets pour les enfants en Bolivie et qui collecte des dons en Allemagne. J’ai tout de suite trouvé cette idée très, très sympa car j’aime le contexte. Les enfants et la musique, la musique et les enfants – après tout, en tant que mère moi-même, cette combinaison est très importante pour moi. Parce que plus tôt les enfants entrent en contact avec la musique, mieux c’est. La musique n’est pas seulement joie, amusement et divertissement, c’est aussi un médicament pour l’âme. C’est un vaste monde avec lequel on apprend à traiter, comprendre et classer les sentiments. Vous pouvez en apprendre beaucoup sur vous-même grâce à la musique. Et si je peux contribuer à faciliter l’accès des enfants partout dans le monde, alors je suis vraiment heureux d’en faire partie.

La musique de la cathédrale de Cologne se compose de quatre chœurs et a pour tâche d’exécuter les services à la célèbre cathédrale de Cologne, la cathédrale de Cologne, musicalement à un niveau élevé. De plus, en tant qu’ambassadrice culturelle, elle est également incontournable en dehors de Cologne.

DOMRADIO.DE : En tant que pianiste concertiste, vous ne vous êtes certainement jamais produit dans la cathédrale. Mais avant de planifier la représentation d’aujourd’hui, avez-vous déjà entendu parler de Cologne Cathedral Music ?

Schémas : Bien sûr, je connais la musique de cathédrale. Je sais que les chœurs d’enfants participent non seulement à la liturgie de la cathédrale, mais donnent aussi des concerts ou participent à des projets d’opéra. Mais je n’ai pas encore eu de contact avec l’emplacement lui-même. C’est pourquoi j’attends d’autant plus ce projet spécial – et bien sûr les enfants qui apparaissent en première partie. Même si je rejoue à la Philharmonie en novembre, je ne pense pas forcément que les concerts doivent toujours avoir lieu dans une si grande salle spécialement aménagée pour eux. La musique peut être faite n’importe où et atteindre les gens n’importe où. C’est pourquoi je suis très heureux que ce concert soit diffusé en direct en Bolivie depuis le Cathedral Music Hall. Cela montre que nous pouvons nous connecter avec des gens du monde entier grâce à la musique. Pour moi une idée très heureuse.

DOMRADIO.DE : Vous êtes une mère vous-même. Ouvrir et familiariser les enfants avec le monde de la musique et toutes ses possibilités est une affaire qui vous tient à cœur. Qu’est-ce que vous y associez ?

Schémas : Je pense qu’il est important que chaque enfant ait accès à la musique. Ce n’est pas forcément un travail comme c’est le cas pour moi, mais quand la musique fait partie de la vie, elle n’a que des côtés positifs. La musique rend la vie meilleure. C’est vrai pour nous adultes, mais c’est aussi vrai pour les enfants qui découvrent le monde sous toutes ses couleurs. J’ai grandi avec la musique et j’en suis très reconnaissant. Je pense que lorsque nous montrons le monde aux enfants, nous devons aussi leur montrer le monde de la musique. Quel genre de musique ils aiment écouter plus tard, ils le découvrent par eux-mêmes. Mais nous devrions leur montrer les multiples facettes de la musique si possible. Et je pense toujours que c’est génial quand les enfants peuvent apprendre un instrument. Cela ne peut que faire du bien. Du moins, c’est comme ça que je l’ai vécu : quand je fais de la musique ou que j’écoute de la musique, je peux me concentrer et penser incroyablement bien. Et ça me fait du bien, ça m’aide tellement pour toute ma vie que je peux organiser mes pensées avec la musique. J’ai souvent de très bonnes idées. Le monde de la musique est juste une partie très importante pour moi. Elle aide dans tous les domaines.

DOMRADIO.DE : Le concert commence à 19h. Quel programme le public peut-il attendre ce soir ?

Schémas : Je joue “Wanderer-Fantasie” de Schubert, “Faschingsschwank aus Wien” de Schumann, assez varié et traitant d’émotions très différentes, qui s’alignent comme des éléments d’une exposition de photos, et une arabesque de Claude Debussy. Voilà pour la partie classique. Mais aussi les pièces “Jeux De Maxim” de Chilly Gonzales ou “Start Anew” de Frida Johansson – c’est la mélodie d’un jeu vidéo que j’ai moi-même arrangée pour piano – sont au programme. Des parties de ce mélange coloré de répertoire et de choses complètement nouvelles se retrouvent également sur mon album “Family”, que j’ai enregistré l’année dernière et dédié à ma famille en signe d’appréciation et de gratitude, car en fait chaque morceau enregistré là-bas a quelque chose à voir avec ma famille A. Par exemple, la première arabesque de Debussy est la première vraie pièce que ma mère m’a apprise. En général, la musique stimule très fortement l’imagination et, enfant, je me suis toujours beaucoup amusé à imaginer des choses avec de la musique. J’associe aussi cela à cette arabesque.

DOMRADIO.DE : L’organisation “Cristo Vive”, qui est soutenue par la “Fondation Evamari & Andreas Röhling” de Cologne, s’occupe des enfants des familles les plus pauvres dans divers établissements en Bolivie. Ils bénéficieront des recettes de ce concert, l’entrée est gratuite, mais les dons sont les bienvenus. Que pouvez-vous nous dire sur cette initiative ?

Schémas : L’objectif est de construire un jardin d’enfants pour les enfants dans la ville bolivienne de Chocaya qui leur permettra de participer à l’éducation dès leur plus jeune âge – un gros problème dans les régions les plus pauvres d’Amérique du Sud. L’objectif est d’utiliser les dons du concert pour créer des locaux adaptés pour les enfants – y compris une salle de besoins spéciaux pour les mesures thérapeutiques. Une retransmission en direct à l’installation de Chokaya permettra à de nombreuses familles locales de participer au concert. Et cela me rend vraiment heureux. Mais je serais encore plus heureux si autant que possible était donné par Mme Schulte ce soir-là pour ce projet et les enfants en Bolivie pourraient en bénéficier.

DOMRADIO.DE : Vous êtes né à Moscou, mais avez vécu en Allemagne pendant 30 ans, avez étudié à l’Université de musique de Cologne et vous y produisez également régulièrement, lorsque Corona ne paralyse pas la scène culturelle ou que vous êtes en tournée avec les plus grands orchestres et chefs d’orchestre du monde. En tant qu’artiste, qu’appréciez-vous dans cette ville ?

Schémas : J’aime beaucoup la mentalité de Cologne. Je me sens juste bien ici. Les gens sont sincères, sociables, pleins d’humour. Cologne est une ville très animée. J’aime leur flair extraordinaire. De plus, l’emplacement de Cologne avec ses aéroports est très bon pour mon travail, car je voyage toujours beaucoup en Europe. Mais l’essentiel est que ma famille soit ici.

L’interview a été réalisée par Beatrice Tomasetti.

Leave a Comment