AK Anderl zu EU-Länderbericht: Positive Ansätze in Bezug auf Kinderbetreuung, Bildung und Steuern

Vienne (OTS) « Le rapport national sur l’Autriche présenté aujourd’hui contient des approches positives dans certains domaines politiques qui pourraient donner un nouvel élan à la discussion en Autriche. Cela s’applique en particulier aux déclarations sur l’expansion nécessaire des services de garde d’enfants, l’amélioration du système éducatif et le recours accru à des impôts favorables à la croissance. Nous sommes d’accord avec la recommandation d’accroître la participation des femmes au marché du travail, y compris par l’expansion de services de garde d’enfants de qualité, et d’améliorer les résultats sur le marché du travail pour les groupes défavorisés, ainsi que la recommandation d’améliorer la composition fiscale pour promouvoir des politiques inclusives et durables. la croissance », déclare la présidente de l’AK, Renate other Cependant, le fait que la Commission ne voit que peu de besoin d’agir dans le domaine de la politique sociale gâche l’impression positive.
Le rapport national indique clairement que la disponibilité limitée de services de garde d’enfants abordables et de qualité empêche les parents, en particulier les mères, de participer plus activement au marché du travail. La phrase est exclusive : “Alors que le plan de développement autrichien prévoit environ 28 millions d’euros pour l’expansion des structures d’accueil des enfants, une étude actuelle estime les coûts d’une expansion nationale des structures d’accueil des enfants à 1,6 milliard d’euros” – la Commission partage indirectement cette critique de l’AK selon laquelle L’Autriche n’a pas reçu suffisamment de fonds du fonds de reconstruction de l’UE pour l’expansion de l’enseignement primaire et soutient en même temps la demande de l’AK pour une augmentation significative des investissements publics dans ce domaine. Malheureusement, la Commission a omis de souligner que les deux tiers des coûts résultant de l’expansion des services de garde d’enfants de qualité à l’échelle nationale seraient couverts à court terme par des revenus supplémentaires provenant des impôts publics. “A notre avis, les déclarations contenues dans le rapport pays sont au moins un pas en avant pour que le gouvernement fédéral mette enfin en œuvre rapidement la note de revendication commune des partenaires sociaux et de l’association des industriels pour une meilleure compatibilité de la famille et du travail, qui, entre autres choses, prévoit un droit légal à la garde des enfants dès la première année de vie. Les accords 15a présentés la semaine dernière montrent une fois de plus que les investissements ne sont qu’hésitants et qu’il n’y a pratiquement pas de réformes, le gouvernement fédéral ne prend toujours aucune responsabilité politique pour la premier établissement d’enseignement – au détriment des familles et des éducateurs », critique le président de l’AK. Le rapport national souligne également qu’une expansion de la garde d’enfants à l’échelle nationale contribuerait également de manière significative à réduire l’important « écart de rémunération entre les sexes » et l’« écart de retraite entre les sexes » relativement élevé.
L’AK souligne avec persistance que le système éducatif autrichien est très injuste, car la réussite scolaire est en grande partie façonnée par les parents. L’Autriche a donc besoin de toute urgence d’une nouvelle expansion des écoles à temps plein et de plus d’argent pour les écoles ayant des besoins spéciaux. « Il est positif que cela soit abordé dans le rapport national. L’AK réclame depuis longtemps le financement des écoles selon l’indice des chances de l’AK. Par conséquent, les écoles ayant plus de difficultés à soutenir les enfants recevraient plus de financement. Certaines des formulations du rapport national vont dans ce sens, mais il serait important que la Commission se concentre clairement sur nos demandes à l’avenir », a déclaré le président de l’AK.
La Commission offre au gouvernement fédéral un nouveau pas en avant avec ses déclarations sur le système fiscal, qui devrait être conçu pour être plus favorable à la croissance et plus équitable. La commission recommande une réforme de la structure fiscale avec un allègement du facteur travail et un recours accru aux impôts sur la fortune, où l’absence d’impôt sur les successions ou les donations est explicitement pointée. Cela stimulerait non seulement la croissance et l’emploi, mais réduirait également l’énorme inégalité des richesses, selon le président de l’AK.
Le fait que la Commission juge peu nécessaire d’agir dans la lutte contre la pauvreté assombrit l’évaluation positive du paquet. Au cours de la pandémie, la proportion de personnes menacées de pauvreté et d’exclusion sociale a augmenté. Cela vaut surtout pour les parents isolés, les chômeurs et les enfants. Les augmentations actuelles des prix du logement, de l’énergie et de la nourriture aggravent encore la situation matérielle de nombreuses personnes. « Ce défi doit être relevé de toute urgence, le système social autrichien doit être protégé contre la pauvreté. En tout état de cause, les récentes améliorations individuelles de l’aide sociale ne sont qu’un premier pas. Ce qu’il faut maintenant de toute urgence, c’est une augmentation du taux de remplacement net des allocations de chômage à 70 %, une augmentation des prestations sociales liées à la pauvreté telles que l’aide sociale, l’aide d’urgence et les allocations compensatoires. Les mesures de lutte contre la précarité énergétique et l’accent mis sur le logement abordable sont également importants. Nous insisterons fermement là-dessus », a conclu le président de l’AK, se référant à une étude récente du Centre européen de politique sociale et de recherche sociale pour le compte de la Chambre du travail de Haute-Autriche, qui montre qu’une augmentation des allocations de chômage à au moins 70 % du taux de remplacement net réduit les inégalités et la pauvreté , augmente le revenu familial, stimule la consommation et conduit ainsi à plus d’emplois.

Questions & contacts :

Chambre du travail de Vienne
Alexa Jirez
+43-1 501 65-12638
Portable : +43 664 614 50 75
alexa.jirez@akwien.at
http://wien.arbeiterkammer.at

Leave a Comment