Hoyerswerda: Jüngste Züchterin lernt von „alten Hasen“

Le plus jeune éleveur apprend des “anciens”

Marie-Luise Stoppel aime passer son temps libre avec les animaux. L’éleveur de jeunes trouve un soutien utile dans le club d’élevage de lapins de race.


4 minutes

Marie-Luise Stoppel aime les animaux. Cela inclut les lapins. Cela plaît également au président du club, Marcel Domaschke, qui a pu embaucher la jeune fille comme éleveuse de jeunes dans le club S28.
© Photo : Silke Richter

De Silke Richter

Hoyerswerda. Marie-Luise Stoppel saisit la fourrure douce avec audace mais douceur. L’enfant de dix ans n’a pas peur des animaux et sait aussi bien porter et manipuler un lapin afin que l’animal ne subisse pas de stress. Marcel Domaschke s’en réjouit. Le président du club de lapins de race S 28 Hoyerswerda est heureux que Marie-Luise ait été acceptée comme la plus jeune membre du club le 19 mars de cette année.

Ici aussi, les jeunes talents se font rares. Comme partout. En outre, il existe de nombreuses autres possibilités nouvelles et modernes d’activités de loisirs, qui sont également en concurrence avec l’élevage de lapins amateurs depuis plusieurs années.

Je cherchais un passe-temps et je l’ai trouvé

Bien sûr, Internet peut aussi aider à trouver une nouvelle passion dans la communauté. « Je cherchais un nouveau passe-temps sur Internet et je suis tombé sur le club des lapins de race S 28. C’est exactement ce que je veux : élever des lapins et être active dans un club », est convaincue la jeune fille.

L’enfant de dix ans a déjà acquis une première expérience dans la garde et le soin des animaux. Dans la ferme de ses parents à Klein Bergen, elle s’occupe régulièrement des animaux qui y vivent. Cela inclut les lapins, les souris et les hamsters. Leurs noms sont Masha, Anna, Cookie, Rammler Rudi, Willi et Billy le hamster. La fille cueille régulièrement des pissenlits frais pour se nourrir, donne du temps à ses animaux dans l’enclos extérieur et les traite également en se faisant caresser. Les plus jeunes lapins de Marie-Luise ont trouvé un nouveau foyer dans la ferme pour enfants et adolescents du Christlich-Social Bildungswerk à Hoyerswerda. Les animaux en peluche pouvaient également être admirés au Centre Lausitz à Pâques. «En tant qu’enfant de la ferme, je sais que mes animaux sont entre de bonnes mains là-bas», en est certaine Marie-Luise. Un nouveau clapier sera bientôt construit sur la ferme parentale. Pour cela, le jeune éleveur bénéficie du soutien professionnel des “anciens” de l’association des lapins de race S 28.

Le patron du club, Marcel Domaschke, a récemment rendu visite à la jeune fille à la maison pour avoir un aperçu de ce qui est nécessaire et à quoi devrait ressembler le futur système. Bien sûr, tout doit être conçu de manière à ce que les animaux se sentent à l’aise et puissent vivre de la manière la plus adaptée possible à leur espèce. « Un bon système stable est très important. Car élever ne doit pas signifier propagation, mais progéniture ciblée dans les meilleures conditions de vie », précise Marcel Domaschke.

Commencez avec une petite race

Une animalerie comme celle que veut créer Marie-Luise coûte environ 400 euros. La nourriture de base quotidienne pour les animaux est en fait produite dans chaque foyer et, sans ces animaux de compagnie, finit généralement à la poubelle. Des frais supplémentaires peuvent résulter, entre autres, des factures vétérinaires et des granulés alimentaires spéciaux, qui sont importants pour une alimentation saine des animaux.

Afin de mettre en place un nouveau groupe d’élevage, vous avez généralement besoin d’un mâle et de deux femelles au début. Marie-Luise aimerait commencer avec une race plus petite, facile à manipuler et à entretenir pour la fille. La fille doit travailler environ une heure par jour et, bien sûr, doit également trouver un remplaçant pour les vacances. Mais rien de tout cela n’est un problème pour les amoureux des animaux.

Et que se passe-t-il plus tard avec la jeune progéniture ? « Je ne mangerai pas les animaux. Ça c’est sûr. Soit je garde les mâles moi-même, soit je les vends”, déclare le plus jeune éleveur du club.

Le 6 juin, Marie-Luise soutiendra son association avec ses activités lors de la fête du moulin prévue à Dörgenhausen. Et le jeune de dix ans aimerait aussi être présent aux premiers spectacles de cette année, qui auront lieu les 12 et 13 novembre au centre communautaire de Nardt.

Leave a Comment