Bildung – Mehr Geld und freie Tage für Kita-Erzieher – Bildung

Berlin (dpa) – La percée tant attendue a été réalisée : les éducatrices municipales et les autres employés des professions sociales peuvent très bientôt espérer plus d’argent et plus de temps libre.

De tous côtés, on est très soulagé du compromis que le syndicat Verdi et l’association des fonctionnaires dbb ont trouvé avec le patronat communal. Après douze heures de négociations, tard mercredi soir, les partenaires de la négociation collective se sont mis d’accord sur des jours de repos supplémentaires et des indemnités mensuelles pour les quelque 330.000 salariés des services sociaux et éducatifs publics municipaux.

Grâce à cette percée, initialement considérée comme improbable, de nouvelles grèves d’avertissement dans les services publics sociaux et éducatifs municipaux ont été évitées pour l’instant. Verdi souhaite que ses membres se prononcent sur la convention collective d’ici juin. Selon les informations, il est considéré comme très probable que le contrat sera accepté.

Deux jours de repos supplémentaires

L’accord stipule que les salariés bénéficieront dans un premier temps de deux jours de repos supplémentaires par an. À l’avenir, ils devraient également avoir la possibilité de convertir une partie de leurs revenus en un maximum de deux jours de congé supplémentaires. Cela permettrait jusqu’à quatre jours de repos supplémentaires pour les employés chaque année. La possibilité de convertir l’argent en jours chômés renvoie précisément à une nouvelle indemnité que les salariés percevront à partir de juillet : en plus des jours chômés supplémentaires, les éducateurs de la fonction publique municipale percevront alors 130 euros supplémentaires par mois. Pour les travailleurs sociaux, il y aura également 180 euros supplémentaires à partir de juillet.

En outre, l’accord stipule que l’expérience professionnelle dans les services sociaux et éducatifs doit à l’avenir être rémunérée au même titre que les autres salariés du secteur public. Par conséquent, les salaires des employés devraient augmenter plus rapidement à l’avenir qu’auparavant. La durée pendant laquelle un employé reste dans un échelon de rémunération avant de pouvoir progresser sera alignée sur les échelons du gouvernement général à compter du 1er octobre 2024. Le résultat tarifaire a une durée de cinq ans jusqu’au 31 décembre 2026.

Le nouvel accord ne s’applique pas à Berlin

Les employés de tous les Länder bénéficient du nouvel accord – sauf à Berlin. Selon Verdi, d’autres réglementations tarifaires ont la priorité dans la capitale. Cependant, les syndicats partent du principe que les résultats « se répercuteront » également sur les salariés d’autres domaines.

“C’est grâce aux collègues des services sociaux et éducatifs qui se sont battus et se sont mis en grève ces derniers jours et semaines”, a déclaré mercredi soir le président de Verdi, Frank Werneke. L’accord a été “succès malgré une résistance considérable des employeurs municipaux”. Il a souligné qu’il ne s’agissait que d’une “étape intermédiaire”. Le négociateur du Dbb, Andreas Hemsing, a évoqué une “nécessité sociale”. Les syndicats réclament depuis des années des allègements pour les salariés des professions sociales.

Jeudi, les négociateurs de Berlin et de Potsdam ont reçu le soutien d’associations régionales et d’associations telles que le syndicat de l’éducation et des sciences, qui appartient à la fédération syndicale allemande. “Avec la convention collective, les syndicats ont franchi des étapes importantes vers la mise à niveau des professions sociales et éducatives”, a déclaré l’expert en négociation collective du GEW, Daniel Merbitz.

“Bon et réussi compromis”

La présidente de l’Association des associations municipales d’employeurs (VKA), Karin Welge, a expliqué à son tour que “les employeurs avaient clairement atteint leurs limites”. La VKA part du principe que les frais de personnel des employeurs communaux augmenteront d’environ 3,7 % par an rien qu’en raison des nouvelles allocations. Dans l’ensemble, cependant, Welge a parlé d’un “bon et réussi compromis”.

Les syndicats travaillaient à l’accord qui était maintenant conclu depuis des semaines. Après deux rounds de négociations infructueux en février et mars, les partenaires de la négociation collective se sont réunis à nouveau lundi. Mardi après-midi, les pourparlers ont été déplacés de Potsdam à Berlin pour des raisons logistiques. Ils devaient se terminer mercredi après-midi – mais se sont prolongés jusque tard dans la soirée.

La prochaine négociation collective régulière dans le secteur public est prévue pour janvier 2023. Les employés municipaux des services sociaux et éducatifs pourront alors espérer de nouvelles améliorations.

© dpa-infocom, dpa:220518-99-344712/4

Leave a Comment