Diese Frau versorgt sich selbst: Fünf Tipps, wie das auch uns gelingen kann

Livre “Prendre soin de soi”
Cette femme prend soin d’elle : cinq conseils pour faire de même

Marie Diederich cultive presque tout ce qu’elle mange elle-même. Elle est autonome.

© Janis Jean Stoye

Prendre soin de soi n’est pas qu’un rêve hippie éculé : Marie Diederich a osé le faire et se suffit à elle-même depuis près de trois ans. Elle a écrit un livre sur son parcours et sur la meilleure façon de l’aborder.

Marie Diederich est autonome. D’une certaine manière, nous le faisons tous en allant au supermarché, en faisant nos courses et en les préparant à la maison. Nous récoltons également les feuilles de notre pot de basilic que nous avons acheté à la jardinerie. Nous recyclons les bouteilles en verre et les cartons à emporter. Nous sommes peut-être aussi fiers que dans la grande ville nous commandions une boîte de fruits et légumes aux agriculteurs des environs, qui nous est ensuite apportée en voiture et placée devant la porte. Mais Diederich ne vit pas comme ça. Elle vit de façon indépendante.

Sa famille et elle cultivent elles-mêmes presque tous les fruits et légumes. Ils ne mangent que des œufs de leurs propres poulets, font leur propre pain, obtiennent du lait de leurs propres animaux chaque fois que possible, ainsi que du fromage à la crème, de la feta, du camembert, du yaourt, de la crème glacée, de la saucisse et de la viande. Quiconque pense maintenant que c’est la vie des décrocheurs, des écolos mangeurs de muesli qui ne se sont pas lavé les cheveux depuis longtemps, a tort : Diederich est autosuffisant, mais travaille aussi à temps plein au bureau . Sur son blog “Wurzelwerk”, elle donne des trucs et astuces pour l’auto-culture, elle coupe des vidéos pour les cours, écrit des instructions ou des livres et aide avec des questions sur le jardinage ou les poulets. Après une longue journée au bureau, Diederich aspire au “Zsch Zsch” rythmé lorsqu’elle trait les chèvres ou parcourt le jardin avec un panier de récolte et réfléchit à ce qu’il faut cuisiner pour la soirée.

Ce qui semble romantique et idyllique est un travail acharné. Pendant trois ans, Diederich et sa famille ont travaillé vers ce niveau d’autosuffisance. Il y a maintenant une dizaine d’heures de travail par semaine sur le jardin, les animaux et la transformation des aliments. Donc assez de temps pour d’autres choses. L’autosuffisance ne consiste pas à tout rendre parfait, mais à trouver sa propre voie. Ces réflexions et de nombreux conseils peuvent être trouvés dans le manuel de Diederich “Autosuffisance”: Donc, si vous ne voulez cultiver que des tomates, vous pouvez le faire. Quiconque veut planter tout un potager d’un coup peut faire de même. Le conseil de Diederich est simplement d’avoir le courage et de s’engager dans le thème de l’autosuffisance sans préjugés.

Cinq conseils pour être autonome

1. Créez votre propre potager

Marie Diederich promet qu’un potager pourra être aménagé rapidement. Mais si vous souhaitez vous approvisionner en fruits et légumes sur le long terme, vous devez d’abord penser aux fruits. Un arbre fruitier met plusieurs années à porter ses fruits. Diederich pense qu’il est réaliste de penser qu’il faudrait deux ans pour s’approvisionner en légumes – au moins en été.

2. Les poulets et les lapins sont des animaux d’entrée de gamme

Les poules et les lapins nécessitent peu d’entretien et d’espace. Vous pouvez également leur permettre de vivre une vie heureuse et libre. Cependant, Diederich recommande à tous ceux qui voyagent beaucoup d’organiser un remplacement de vacances fiable. Chaque animal vient avec une responsabilité.

3. Faire bouillir les fruits et légumes

Vous pouvez en savoir plus sur la façon de prendre soin de vous ici :

Vous pouvez en savoir plus sur l’autosuffisance ici : “L’autosuffisance” de Marie Diederich. Löwenzahn-Verlag. 312 pages. 29,90 euros.

Si vous souhaitez manger des aliments variés du jardin en hiver et au printemps, vous devez déjà conserver une partie de la récolte estivale : conserver des tomates par exemple. Les tomates du supermarché en hiver ne sont qu’une copie de celles de l’été. Avec la sauce, vous pouvez ramener l’été en quelques secondes.

4. Faites votre propre pain

La crise corona a montré que rien n’est plus réconfortant que le pain fait maison. Le parfum qui flotte alors dans l’appartement ou la maison est incomparablement bon. Marie Diederich fait son propre pain depuis huit ans, au levain. Pour chaque miche de pain, elle prélève une partie du levain et l’alimente davantage. Diederich s’occupe de son levain comme un animal de compagnie. Mieux encore, vous n’avez même pas besoin d’un jardin.

5. Ayez un bon plan

Avant de vous lancer dans l’aventure de l’autosuffisance, vous devez visualiser exactement ce que vous comptez faire. A quoi ressemble le jardin dans lequel vous souhaitez planter ? Qu’est-ce que tu aimes le plus? Que pouvez-vous mettre en action immédiatement ? Que voulez-vous réaliser l’année prochaine, et dans trois ans ? Le conseil de Diederich : notez tous vos objectifs, qui peuvent changer à tout moment.

Cet article contient des liens dits affiliés. De plus amples informations sont disponibles ici.

Leave a Comment