«Gefangen im Netz» oder wenn ein Dokfilm Jagd auf Sexualstraftäter macht

Mishka discute avec des hommes étranges en ligne. La plupart des gens ne se soucient pas qu’elle n’ait que 12 ans. image : srf/capture d’écran

La revue

Les hommes s’attaquent aux mineurs en ligne. Le documentaire tchèque “Caught in the Net” renverse les rôles – et montre à quel point le cybergrooming est dangereux.

05/11/2022, 05:0505/11/2022, 05:37

Hélène Obrist
Hélène Obrist

Suivre

Dix jours de tournage, trois actrices de 19 ans se faisant passer pour des mineures, 2458 demandes de contact d’hommes. Il s’agit du documentaire tchèque «Caught in the Net».

Les 100 minutes de film sont dures à supporter. Le documentaire commence par un casting des cinéastes tchèques Vít Klusák et Barbora Chalupová. “Nous recherchons une actrice adulte qui en recherche une douzaine d’années pour un film documentaire”, précise l’annonce.

23 femmes se présentent au casting, habillées comme des petites filles. Klusák et Chalupová expliquent leur plan : Des profils doivent être créés pour le documentaire sur Facebook, Skype, Snapchat, Omegle et lidez.cz. Profils des actrices qui se font passer pour des gamines de douze ans et qui « veulent juste bavarder un peu ».

Avec cela, les deux Tchèques veulent documenter le phénomène du “cyber grooming”. En d’autres termes, comment les adultes utilisent Internet pour gagner la confiance des enfants et des jeunes afin de les harceler ou de les abuser sexuellement.

Trois filles, trois chambres d’enfants

Trois actrices sont d’accord après le casting. Avec des nattes enfantines et des vêtements roses, ils restent assis devant leur ordinateur pendant dix jours. Dans trois chambres d’enfants spécialement conçues pour le film.

A peine les profils des filles mineures sont-ils créés que les premières demandes de contact affluent.

A peine les profils des filles mineures sont-ils créés que les premières demandes de contact affluent. image : capture d’écran/srf

Dès le premier profil créé, les premières demandes de contact affluent. Ce sont majoritairement des hommes – des hommes adultes, certains de plus de trente ans.

Klusák et Chalupová filment les hommes en train de discuter avec les filles. Comment les appeler et leur parler. Et comment ils font des insinuations sexuelles encore et encore.

“Avez-vous déjà fait l’amour avec des garçons ?”, “Est-ce qu’ils veulent mettre leur bite dans votre con ?”, “Voulez-vous le voir ?”, “Enlevez votre t-shirt !” Ils disent et écrivent. Les caméras sont toujours allumées.

Dans le documentaire, les visages des hommes étaient flous.  Cependant, l'intégralité des images a ensuite été remise à la police tchèque.

Dans le documentaire, les visages des hommes étaient flous. Cependant, l’intégralité des images a ensuite été remise à la police tchèque. image : srf/capture d’écran

Chantage avec des photos nues

Et ils filment aussi ce qui se passe dans les coulisses. Ils montrent comment l’ensemble du casting derrière eux ne peut pas croire ce qu’ils voient. Comment les hommes forcent les filles à prendre des photos nues, les font chanter avec elles ou les invitent à des rencontres personnelles. Et ils montrent comment la maquilleuse reconnaît soudainement l’un des hommes. On dit que son travail est lié aux enfants.

“Caught in the Net” crée une sensation de naufrage dans l’estomac. Et ne le laisse pas disparaître à la fin. L’équipe du film a travaillé avec un sexologue, un avocat et la police. Et à la toute fin, il confronte le même homme que le maquilleur a reconnu sur le pas de sa porte.

2458 demandes de contact

Mais c’est le grand nombre de demandes de contact qui entretient le sentiment de naufrage. 2458 hommes qui voulaient discuter avec une fille de 12 ans. Les cinéastes ne montrent pas si les utilisateurs concernés ont été tenus pour responsables après le documentaire. Ni comment vont les trois actrices après le tournage.

Selon les médias, Klusák et Chalupová ont remis les images à la police tchèque. Ils auraient retrouvé les auteurs et porté plainte. Au moins une des actrices a bénéficié d’une prise en charge psychologique après le tournage.

En 2020, le film de Vít Klusák et Barbora Chalupová a fait ses débuts en République tchèque. Mardi soir, “V síti – Caught in the net”, comme on l’appelle dans l’original, a été diffusé sur SRF.

Attaque de pédophile dans la crèche Saint-Gall

Cela pourrait aussi vous intéresser :

Leave a Comment