Wie verhalten Sie sich bei dem Vorwurf Bildung einer kriminellen und terroristischen Vereinigung?

Selon les articles 129 et 129a du StGB, la formation d’une organisation criminelle et terroriste est une infraction punissable. Mais quelles conditions doivent être remplies, quelle peine est menacée pour ces infractions et comment se comporte-t-on si l’on a reçu un rapport de l’autorité chargée de l’enquête ?

Quand est-ce que la formation d’une organisation criminelle est une infraction punissable?

La formation d’une organisation criminelle est régie par l’article 129 du Code pénal. Le concept d’association est légalement défini au paragraphe 2 du § 129 StGB. Une association est donc une association organisée sur le long terme de plus de deux personnes.

Une autre exigence est que l’individu soumette sa volonté à la volonté du groupe. Les membres doivent poursuivre un objectif commun, c’est-à-dire que les membres doivent se considérer comme une association unifiée.

L’association est criminelle si elle est orientée vers la commission d’infractions pénales. Cela signifie qu’il importe peu qu’un crime ait déjà été commis.

Quand la formation d’une organisation terroriste constitue-t-elle une infraction pénale ?

La formation d’une organisation terroriste est régie par l’article 129a du Code pénal. Ici aussi, la notion d’organisation terroriste est déjà définie dans la loi. Il s’agit d’une association organisée de plus de deux personnes établies sur une longue période qui travaillent ensemble pour commettre des infractions terroristes.

Les crimes doivent être conçus pour intimider de manière significative le public ou à d’autres fins illégales.

Quelle sanction la loi impose-t-elle à la formation d’une organisation criminelle ?

La menace de punition dépend des circonstances du crime.

  • Quiconque fonde une association ou participe en tant que membre à une association dont le but ou l’activité vise à commettre des infractions pénales passibles d’une peine d’au moins deux ans d’emprisonnement est puni d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans ou d’une amende, § 129 paragraphe 1 phrase 1 StGB.

  • Quiconque soutient une telle association ou recrute des membres et des sympathisants pour celle-ci est puni d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans ou d’une amende, § 129 alinéa 1 phrase 2 StGB.

  • Dans les cas particulièrement graves du paragraphe 1 phrase 1 et du paragraphe 2, une peine de prison de six mois à cinq ans ou dix ans peut être prononcée. Un cas particulièrement grave est généralement lorsque l’auteur est l’un des meneurs ou des bailleurs de fonds de l’association, § 129 paragraphe 5 StGB.

Danger! Même la tentative est punissable.

Conformément à l’article 129, paragraphes 6 et 7, du Code pénal, le tribunal peut s’abstenir de sanctionner ou réduire la peine en cas de remords actifs ou de faute mineure. Le remords actif existe, par exemple, lorsque l’auteur fait un effort volontaire et sérieux pour faire en sorte que l’association n’existe plus.

Quelles sont les peines liées à la formation d’une organisation terroriste ?

La formation d’une organisation terroriste est passible d’une peine d’emprisonnement de un à dix ans. Une amende n’est plus prévue ici. Cette infraction est une infraction pénale.

S’il est reconnu coupable, il y a un risque d’emprisonnement. Seules les peines de prison allant jusqu’à deux ans peuvent encore être assorties d’un sursis. Le montant de la sanction dépend du cas individuel spécifique, en particulier de l’intensité de sa propre adhésion et du type et de l’étendue de la participation.

Avez-vous reçu une audience ou une assignation en tant que témoin?

Avez-vous été accusé de former une organisation criminelle ou terroriste ? A aucun moment vous ne devez vous incriminer avec un statut d’accusé, c’est pourquoi vous devez également garder le silence vis-à-vis des autorités chargées de l’enquête.

Si vous êtes appelé à témoigner, vous pouvez avoir le droit de refuser des informations. Les témoins peuvent refuser de répondre à des questions qui, si elles étaient répondues, les exposeraient ou exposeraient l’un des proches visés à l’article 52, paragraphe 1, du code de procédure pénale au risque d’être poursuivi pour une infraction pénale ou une infraction administrative.

Avez-vous reçu une citation à comparaître, une plainte ou une mise en accusation ? En tant qu’avocat de la défense pénale, nous discuterons de l’affaire avec vous et élaborerons une stratégie de défense. Nous vous représentons dans tout le pays – envoyez-nous un message ou appelez-nous.

Téléphone : 0421 24 44 42 00

kj@kanzleiw.de

Leave a Comment