DPhV fordert Strukturen, Zeit, Geld, Personal und Rechtssicherheit

Lors de sa réunion de représentants le 6 mai, l’Association des philologues allemands (DPhV) a adopté une proposition phare pour la numérisation dans les écoles.


05/09/2022

à l’échelle nationale

communiqué de presse

Association allemande de philologie (DPhV)



  • © bildungsklickTV

La pandémie de corona et la numérisation croissante ont un impact majeur sur l’enseignement et l’apprentissage dans les lycées. Les méthodes d’enseignement diversifiées précédentes sont complétées par des formats d’enseignement numériques. L’évolution des comportements de réception en matière de consommation médiatique et d’acquisition de connaissances par nos étudiants nécessite de nouvelles méthodes et de nouvelles compétences. L’objectif est de former de jeunes personnalités qui, à l’avenir, doivent être capables d’évoluer avec confiance et compétence dans un monde façonné par les médias numériques et être capables de développer et de contrôler les processus sociaux. Afin de faire progresser la numérisation des lycées, les exigences suivantes doivent d’abord être remplies :

  • Le gouvernement fédéral et les organismes de gestion des dépenses en matériel scolaire sont priés de créer les conditions techniques nécessaires pour que l’enseignement assisté par le numérique puisse être dispensé avec succès dans toutes les écoles secondaires. Cela nécessite des connexions haut débit performantes dans tous les domaines, en particulier dans les zones rurales. Un réseau WiFi sécurisé et puissant doit être disponible dans chaque lycée.
  • Les porteurs de dépenses en matériel scolaire doivent équiper toutes les salles de classe d’une infrastructure numérique moderne. Celui-ci doit être entretenu régulièrement par du personnel formé des porteurs de charges matérielles et il doit être garanti que les réparations nécessaires sont effectuées dans les 24 heures.
  • Lors de l’utilisation de la technologie numérique et des logiciels, il convient de s’assurer qu’il n’y a pas de contrôle inapproprié des performances et du comportement. Cela doit être garanti par le respect des exigences légales applicables et, en particulier, de la codétermination, et devrait être défini dans les accords de services pertinents. Lorsque de nouvelles technologies sont introduites, la protection des droits personnels des enseignants du secondaire doit être la priorité absolue.
  • Les enseignants et les enseignants stagiaires doivent être équipés d’appareils de service personnels et des logiciels associés leur permettant de dispenser des cours qualifiés et modernes. L’employeur est responsable de l’installation du logiciel et de la protection antivirus ainsi que de l’entretien des appareils mis à disposition.
  • L’employeur doit fournir une plate-forme d’apprentissage qui répond pleinement aux exigences de la protection des données. À cette fin, tous les enseignants doivent disposer d’adresses e-mail professionnelles.
  • Les normes juridiques existantes doivent être adaptées de manière à garantir une sécurité juridique maximale aux enseignants et aux apprenants lors de l’utilisation de contenus numériques dans les domaines du droit d’auteur et du droit des licences.

L’employeur doit assurer une formation préparatoire et d’accompagnement et une formation continue, pour lesquelles les professeurs du lycée doivent disposer de ressources en temps appropriées. Des investissements dans la santé et la sécurité au travail sont également nécessaires pour s’assurer que les enseignants du secondaire continuent de bien performer jusqu’à leur retraite. Les exigences en matière de médecine du travail pour les postes de travail sur écran doivent être mises en œuvre de manière cohérente dans toutes les écoles de grammaire.

En outre, la protection des droits personnels de toutes les personnes impliquées dans la vie scolaire doit être un principe cohérent dans le processus de numérisation croissante du secteur scolaire. La mise en œuvre cohérente des réglementations en matière de protection des données en est une condition essentielle, en plus du strict respect des réglementations du droit du personnel.

La numérisation ne doit conduire ni à la délimitation du temps de travail ni à une intensification du travail ; au contraire, il doit être pris en compte lors de la détermination de la charge d’enseignement. L’enseignement en face à face qui a été dispensé dans de nombreux lycées parallèlement à l’enseignement à distance dans le passé a révélé la double charge pesant sur les enseignants des lycées en s’occupant des élèves sur place et à domicile et a mis en évidence la nécessité d’une égalité reconnaissance des formats numériques d’enseignement comme temps de travail.



Leave a Comment