Landtags-Wahlkreis 38, Kandidaten zu Bildung, Wohnen, Sicherheit

Élection d’État le 15 mai 2022 Les candidats dans le sujet vérifier
:
Les candidats au parlement de l’État veulent garantir des logements abordables

Outre Corona, la politique de l’État est actuellement confrontée à trois problèmes majeurs : l’éducation, la sécurité et le logement. Nous avons demandé aux candidats de la circonscription Mettmann II (38) comment ils entendent maîtriser les enjeux dans ces domaines.

Comment comptez-vous assurer plus de logements abordables dans le quartier Mettmann ?

Christian Untrieser (CDU) Nous devons être guidés par les besoins des gens. Avec notre initiative « Bau.Land.Leben », nous soutenons les autorités locales dans l’activation de zones pour la construction résidentielle. Alors que 217 000 appartements ont été approuvés entre 2013 et 2016 (gouvernement de l’État rouge-vert), entre 2017 et 2020, il y a déjà 227 000 appartements. Rien qu’en 2020, 62 000 permis de construire ont été délivrés. Depuis 2018, nous versons 1,1 milliard d’euros d’aides au logement. L’argent est investi dans la construction de nouveaux appartements locatifs ou dans la modernisation de bâtiments existants. Notre programme de soutien aux jeunes familles soulage la classe moyenne des prix d’achat élevés. Il ne faut pas oublier le second loyer : par l’intermédiaire du Conseil fédéral, nous militons pour une baisse des taxes sur le chauffage. Un appartement chaleureux ne doit pas devenir un luxe.

Matthias Staeit (SPD) Selon notre programme gouvernemental, 100 000 appartements doivent être construits chaque année en NRW. 25 000 d’entre eux dans des « logements sociaux » à prix contrôlés. Cela soulage la pression sur le marché du logement. De plus, les transports en commun peuvent désenclaver d’autres zones résidentielles et contribuer ainsi à une meilleure répartition des personnes à la recherche d’un logement.

Dirk Wedel (FDP) 80% des personnes aimeraient le plus être propriétaire, mais même pas la moitié d’entre elles peuvent actuellement réaliser ce souhait. Nous voulons donc réduire les frais de construction annexes pour les logements en propriété. Avec l’exonération des droits de mutation immobilière, nous, jeunes familles, pourrons réaliser le rêve de leur propre maison. Nous voulons transformer davantage de locataires en propriétaires en achetant des logements sociaux. Au total, nous voulons favoriser la construction de logements sous toutes ses formes – financées par des particuliers, subventionnées et en propriété – tant par la construction neuve que par la création de logements dans des bâtiments existants. Nous voulons continuer à rendre la construction plus facile et plus rapide, en particulier dans les zones urbaines à forte demande. Nous avons besoin de permis de construire plus rapides – en numérisant les demandes de construction, en raccourcissant le contrôle de complétude à dix jours, plus de concurrence entre les municipalités.

Andreas Nixdorf (AfD) Le logement ne doit pas être un luxe. Cependant, le manque de nouvelles constructions de logements, le nombre croissant de ménages d’une personne et la migration effrénée signifient qu’il devient de plus en plus difficile pour les personnes à revenu faible et moyen de trouver un logement abordable. Les subventions existantes dans le domaine de la promotion du logement social devraient être élargies et, si nécessaire, les seuils d’accès devraient être abaissés. En plus de la formation de la propriété, cependant, les modèles coopératifs en particulier devraient également être encouragés, par exemple par l’attribution prioritaire de terres directement par l’État. En tant qu’AfD, nous prônons une réduction des droits de mutation immobilière et la suppression de la taxe foncière.

Ina Besche-Krastl (Parti Vert) En raison de l’emplacement idéal par rapport aux villes environnantes, vivre dans tout le quartier est très attrayant. La tension croissante sur le marché du logement affecte les familles, mais surtout celles dont le budget est plus serré. À cette fin, nous voulons inclure le droit au logement dans la constitution de l’État. Nous accompagnons les municipalités sur le chemin de l’attribution de terrains non plus à ceux qui offrent le plus d’argent, mais à ceux qui créent des logements abordables. Nous voulons renforcer les sociétés municipales de logement.

Natalie Meisen (à gauche) En plus d’un frein au prix des loyers, nous souhaitons que davantage d’espaces de vie soient convertis en logements sociaux, au moins 50 % dans tous les quartiers. Pour cela, il serait souhaitable que l’espace de vie passe en mains publiques et que les villes le rachètent. Les mercenaires doivent être traités pour ce qu’ils sont : des criminels. Le logement est un moyen de subsistance et non un moyen de spéculation. Des lois sont nécessaires ici.

Thorsten Klimczak (indépendant) Les communes doivent de plus en plus devenir propriétaires, activer des terrains à bâtir, créer des droits à bâtir et agir en tant que constructeurs. Ils devraient impliquer davantage les prestataires privés et épuiser toutes les subventions de l’État. isf

Leave a Comment