Mahrer/Hungerländer/Zierfuß: 60 Prozent der Wiener Volksschulkinder mit Deutschproblemen bereits in Österreich geboren

Demande d’un paquet de mesures pour la politique d’éducation et d’intégration – Il s’agit de l’avenir des enfants et de notre ville

Vienne (OTS) « Le sujet de l’éducation est très important pour moi, car il ne s’agit de rien de moins que de l’avenir de nos enfants et de l’avenir de notre ville. Vienne est ici confrontée à d’énormes défis. Dans notre travail d’opposition, cependant, nous sommes tombés sur des chiffres qui nécessitent un examen plus approfondi et des mesures supplémentaires urgentes”, a déclaré le président du parti, Karl Mahrer, lors du petit-déjeuner de presse d’aujourd’hui.

Selon Statistics Austria, au cours de l’année scolaire 2020/21, il y avait 10 484 élèves non diplômés dans les écoles élémentaires de Vienne, ce qui correspond à 14,1 % des élèves.

Cependant, selon une requête du conseil municipal de Wiederkehr, plus de 60% de ces 10 484 enfants du primaire sont déjà nés en Autriche. Environ 80 % de ces élèves extraordinaires ont même fréquenté la maternelle pendant plus de deux ans (une moyenne de 2,6 ans). Néanmoins, en raison d’une connaissance insuffisante de l’allemand, ils ont dû être répertoriés comme étudiants non diplômés. 31% de ces étudiants extraordinaires ont même la nationalité autrichienne, mais pas assez d’allemand pour être répertoriés comme étudiants réguliers.

Les échecs de la politique éducative de la ville

En conséquence, 81 % des élèves de l’école obligatoire viennoise n’atteignent pas (45 %) ou n’atteignent que partiellement (36 %) les normes d’enseignement en lecture. En mathématiques, 80 % des élèves de l’école obligatoire n’atteignent pas (42 %) ou n’atteignent que partiellement (38 %) les normes d’enseignement en 2018. En résumé : 8 élèves sur 10 à Vienne n’atteignent pas leurs objectifs pédagogiques ou seulement partiellement.

De toute évidence, Vienne n’arrive pas à faire en sorte que suffisamment d’allemand soit appris à la maternelle. « La ville ne peut tout simplement pas fermer les yeux lorsque les enfants des classes de rattrapage allemand sont à la maternelle depuis 2,6 ans en moyenne. Nous avons besoin de plus petits groupes dans les jardins d’enfants viennois, de plus de personnel de soutien linguistique et d’un accent clair sur l’acquisition de la langue”, a déclaré le porte-parole de l’éducation du Parti populaire de Vienne, le conseiller municipal Harald Zierfuss.

Politique d’intégration malavisée à Vienne

Surtout, ces chiffres montreraient aussi clairement le problème d’intégration de la deuxième génération à Vienne. D’une part, la génération des parents ne transmet pas ses acquis d’intégration et sa connaissance de l’allemand à ses enfants, d’autre part, le système éducatif échoue en matière d’intégration.

« L’idée d’une intégration volontaire a donc finalement échoué. Les parents sont également responsables de la réussite scolaire de leurs enfants. Ils doivent être tenus responsables. Le message clair doit être : sans l’allemand, vous ne pouvez aller nulle part dans cette ville”, a déclaré Caroline Hungerländer, porte-parole pour l’intégration du Parti populaire de Vienne.

Langue essentielle pour une participation complète en Autriche

L’objectif doit être que chaque enfant né en Autriche soit capable de parler suffisamment l’allemand au début de l’école pour pouvoir suivre les cours et être considéré comme un élève régulier.

“Après tout, la connaissance de l’allemand en tant que langue d’enseignement est la base de la participation à tous les processus éducatifs, est une condition préalable essentielle à la réussite scolaire et à l’intégration ultérieure sur le marché du travail et est pertinente pour la participation à la vie politique, économique, culturelle et sociale en Autriche », déclare Maher. Le Parti populaire de Vienne a donc élaboré un programme de revendications qui doit être mis en œuvre par le gouvernement de la ville dans les plus brefs délais.

Le programme de revendications du Parti populaire de Vienne

– Réduction de la taille des groupes à la maternelle, y compris une augmentation du ratio travailleur qualifié-enfant

– Plus de rapidité lors de l’augmentation du nombre de personnel de soutien linguistique à la maternelle

– Exigence minimum de niveau de langue C1 pour le personnel de la maternelle

– Utiliser les résultats de l’évaluation du niveau de langue comme système d’alerte précoce

– Engagement de la ville envers l’allemand comme langue éducative et familière

« Du point de vue de nombreux Viennois, le SPÖ a tout simplement nié le problème de l’intégration pendant des décennies. Désormais, l’édile, chargée de l’éducation et de l’insertion, est sommée de mettre en place des solutions. Sinon, les jeunes seront privés de leurs chances d’avoir une bonne éducation et d’accéder au marché du travail », conclut Mahrer.

Questions & contacts :

Le nouveau Parti populaire à Vienne
Mag. Pierre Sverak
Responsable – Communication stratégique
+43 664 859 5710
peter.sverak@wien.oevp.at
https://neuevolkspartie.wien

Leave a Comment