Auf ihrem Hof züchtet Ortsbäuerin Anni Stanner

  1. Page d’accueil
  2. local
  3. mise à la terre
  4. Réservez sur le Buchrain

Créé:

Divisé

Environ 60 lapins, y compris les jeunes animaux, vivent généralement avec l’éleveuse Anni Stanner à Sinsöd, qui a de petits béliers nains et satinés sur son bras. © Markus Ostermaier

La fermière locale de Buch, Anni Stanner, élève des lapins dans sa ferme de Sinsöd depuis de nombreuses années. Elle observe : La demande d’animaux de compagnie a augmenté pendant la crise de Corona.

Sinsod – La demande d’animaux de compagnie a augmenté pendant la crise de Corona. Cependant, des vendeurs comme l’éleveuse de lapins Anni Stanner de Sinsöd ont dû repenser leurs ventes. L’homme de 58 ans utilise de plus en plus Internet.

D’innombrables béliers nains, béliers à tête de lion, béliers nains, béliers satinés et lux-rex ont vu le jour à Sinsöd (commune de Buch) ces dernières années. Ils y ont passé les premières semaines de leur vie sous les soins affectueux de l’éleveuse Anni Stanner avant de devenir des animaux de compagnie.

La connaissance et l’amour de Stanner pour les longues oreilles remontent à son enfance. Aujourd’hui, le fermier local possède 25 lapines et cinq mâles. La plupart du temps, une trentaine de jeunes animaux vivent également sur la ferme.

L’élevage a commencé avec des piebalds géants

Chaque lapin de Stanner-Hof a de jeunes animaux deux fois par an. “Ce serait possible encore plus souvent, mais je ne veux pas ça”, explique le joueur de 58 ans. Cela commence en janvier, d’autres bébés d’autres lapins viendront tout au long de l’année.

Stanner a commencé à élever il y a de nombreuses années avec le pie géant. À la demande de son plus jeune fils Andreas, elle a commencé il y a douze ans avec une paire de têtes de lion et a progressivement changé son élevage pour les petits chiens à longues oreilles. “Quelque chose a changé alors, les petits étaient meilleurs en marketing”, explique l’homme de 58 ans. Les plus populaires aujourd’hui sont les béliers nains car ils sont très calmes et adaptés aux enfants. Stanner possède également depuis un an la Lux-Rexe plutôt rare, que l’ancien propriétaire a dû abandonner en raison d’une grave maladie.

Les lapins ne sont vendus que par paire

Elle est avec les animaux tous les jours, les nourrissant d’herbe, de foin, de muesli de lapin, de pain, de fruits ou de légumes. La femme de 58 ans garde quelques animaux pour son propre élevage. Sinon, les longues oreilles peuvent aller à leurs nouveaux propriétaires à partir d’environ huit semaines. Cette phase de la vie est importante “pour que les animaux puissent s’installer en famille et s’habituer au nouvel environnement”.

Les lapins ne sont vendus que par paires afin qu’ils ne se sentent pas seuls. Lorsqu’elle a des petits, Stanner se rend chaque dimanche au marché aux petits animaux de Langengeisling. En raison de la crise de Corona, cela n’a pas eu lieu depuis des mois. Pendant la phase de confinement, l’agricultrice avait des inquiétudes quant à la possibilité de vendre tous ses lapins. C’est pourquoi elle a approfondi un canal de vente qu’elle n’utilisait qu’occasionnellement auparavant : la plateforme Internet des petites annonces eBay. Le prix est compris entre 30 et 35 euros selon la race.

Un certain nombre d’éleveurs sont passés à Internet à cause de Corona

Le nouveau canal de vente de Stanner à l’époque de Corona a un effet. La demande était très élevée au début de l’assouplissement. Tous les bébés animaux pouvaient être vendus à cette époque et leur clientèle s’est considérablement élargie grâce à Internet. Certaines familles venaient d’Altötting, Ratisbonne ou Passau. Stanner aimerait continuer à présenter ses lapins sur Ebay à l’avenir – mais ensuite à côté du marché des petits animaux si cela revient un jour.

Mais elle n’est pas seule dans ce cas. Selon leurs déclarations, un certain nombre d’éleveurs de la région ont accru leur présence sur Internet depuis Corona. Même au moment de nos recherches, nous avons trouvé des offres de petits animaux de propriétaires locaux, notamment d’Erding, Walpertskirchen, Taufkirchen, St. Wolfgang et Fraunberg.

Après le contact numérique, il y a toujours une rencontre personnelle

L’homme de 58 ans est convaincu qu’Internet n’est pas utilisé au détriment des animaux. “Aucun animal n’est offert qui va mal”, dit Stanner avec certitude, faisant référence à la présence de militants des droits des animaux ou de médecins sur place. Après un contact numérique, elle fixe toujours des rendez-vous personnels avec ses clients pour faire connaissance, voir et récupérer les lapins.

L’éleveur se réjouit que la crise de Corona ait changé l’attitude de nombreuses personnes lorsqu’il s’agit de garder des animaux de compagnie. La demande de lapins ou d’autres petits animaux a augmenté, en particulier parmi les familles avec enfants. “Quelques personnes m’ont dit qu’elles voulaient un animal de compagnie parce qu’elles avaient plus de temps, qu’elles étaient plus à la maison ou qu’elles voulaient une distraction”, explique Stanner.

Il y a certainement des personnes qui ont voulu se débarrasser de leurs animaux lorsque le confinement a été assoupli. Cependant, selon Stanner, il a toujours eu le sentiment que les clients étaient conscients de leur responsabilité. Elle est maintenant curieuse de voir si les lapins et co. continuera d’être en demande et “s’il y aura une refonte à long terme”.

Markus Ostermaier

Leave a Comment