Fortschritte bei der Bitcoin-Regulierung im Bund?

Christian Lindner donne des impulsions pour la réglementation Bitcoin

Au cours des dernières semaines, les débats sur les règles à l’échelle de l’UE ont fait l’objet de reportages. Mais la réglementation Bitcoin progresse également au niveau fédéral, car le ministre des Finances Christian Lindner (FDP) a récemment invité des représentants de l’industrie au Digital Finance Forum. Les politiciens et l’industrie de la cryptographie ont échangé des informations sur les besoins et une feuille de route réglementaire générale pour les crypto-monnaies en Allemagne, et des groupes de travail ont été formés. D’autres réunions régulières sont prévues. Les participants au forum ont déclaré à BTC-ECHO que Lindner aurait envoyé des signaux compatibles avec la cryptographie. “J’ai le sentiment que les choses bougent davantage”, a déclaré le professeur Phillip Sandner du École des finances et de la gestion de Francfort. Selon Ulli Spankowski du Bourse de Stuttgart Lindner veut rendre l’industrie plus grande. L’objectif est de renforcer la compétitivité paneuropéenne par rapport à l’Asie et aux États-Unis. Dans l’intervalle, aucun accord n’a pu être trouvé sur des mesures concrètes.

La SEC veut plus de contrôle sur le marché du Bitcoin

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, un débat familier prenait de l’ampleur. Parce que Gary Gensler, chef de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et croque-mitaine reconnu de la cryptographie, a réitéré son évaluation le 4 avril selon laquelle les crypto-monnaies devraient être classées comme des titres. Dans son discours à la Conférence annuelle de la Penn Law Capital Markets Association Par conséquent, Gensler a réitéré que les échanges Bitcoin et les sociétés de cryptographie relèvent de la compétence réglementaire de son agence. Les investisseurs en crypto devraient donc pouvoir bénéficier de la même protection que tout le monde. La SEC a déjà publié une nouvelle directive le 31 mars. Les sociétés cotées en bourse aux États-Unis qui détiennent des actifs cryptographiques pour leurs clients doivent divulguer ces avoirs et fournir des informations sur les risques. Gensler a continué à mettre l’accent négativement sur les stablecoins dans son discours. Ils permettraient de contourner le système bancaire traditionnel et sont donc un vecteur de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale.

Le Royaume-Uni veut reconnaître les stablecoins

Une proposition de réglementation de la Grande-Bretagne montre que l’évaluation de Gensler des stablecoins n’est pas la seule correcte. Le ministre des Finances, Rishi Sunak, s’est engagé le 4 avril à transformer son pays insulaire en une « plaque tournante mondiale pour la technologie des crypto-actifs ». Ce plan inclut explicitement les stablecoins « étant inclus dans la réglementation pour ouvrir la voie à une utilisation au Royaume-Uni comme moyen de paiement accepté ». En outre, le Royaume-Uni prévoit d’émettre un NFT gouvernemental et d’établir un « bac à sable » d’infrastructure de marché financier conçu pour stimuler l’innovation. Le Royaume-Uni aimerait travailler plus étroitement avec l’industrie du Bitcoin sur la réglementation à l’avenir. Il existe également une marge d’amélioration de la compétitivité du système fiscal britannique. L’objectif ici est de vérifier, par exemple, comment les prêts DeFi doivent être classés au regard du droit fiscal. Avec toutes ces mesures, le gouvernement veut attirer des investisseurs et des emplois au Royaume-Uni.

La Jamaïque est sur la bonne voie pour une CBDC

Il faudra probablement des années avant l’introduction d’un euro numérique, alors que la Jamaïque est sur la dernière ligne droite avec sa propre CBDC. Tout est en place dans l’État insulaire des Caraïbes depuis février pour introduire le Jam-Dex. Les tests finaux sont prévus pour avril. La banque centrale jamaïcaine espère que sa monnaie numérique profitera particulièrement aux citoyens socialement défavorisés qui n’ont pas de compte bancaire et sont par conséquent exclus des services financiers traditionnels. L’introduction de la CBDC vise également à annoncer un processus de transformation numérique pour l’ensemble de l’économie de l’île. Le gouvernement promet un airdrop de 16 $ aux 100 000 premiers utilisateurs qui créent un portefeuille.

Inde : chute du volume des échanges de Bitcoin and Co.

Une lourde taxe sur les gains en capital sur les transactions cryptographiques est entrée en vigueur en Inde le 1er avril. Les bénéfices tirés du trading de Bitcoin ou d’autres crypto-monnaies sont désormais soumis à un prélèvement de 30 %. Après seulement trois jours, le volume des transactions cryptographiques s’est effondré de 15 %. WazirX, le plus grand échange de crypto du pays, a même vu son volume de trading quotidien passer de 208 millions de dollars à 100 millions de dollars. Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement indien introduira une retenue à la source en mai. Hodler doit alors payer un pour cent du montant de la transaction à l’État pour chaque transaction cryptographique. Les représentants de l’industrie critiquent ces réglementations, les experts prédisent des problèmes de liquidité.

Vous voulez acheter du Dogecoin (DOGE) ?

Cela est possible via eToro, entre autres. eToro offre aux investisseurs, des débutants aux experts, une expérience complète de trading de crypto sur une plateforme puissante mais facile à utiliser.

Au fournisseur

Leave a Comment