Forderungen an die KMK: Forderungen an die KMK – Digitale Bildung an Schulen – eine Großbaustelle

La Commission scientifique permanente tire six demandes principales de sa déclaration qu’elle a présentée jeudi lors de la réunion d’automne de la Conférence des ministres de l’Éducation et des Affaires culturelles. Un fil conducteur commun à tous les domaines thématiques est que les pays devraient s’accorder davantage sur des objectifs uniformes et une approche coordonnée de la mise en œuvre.

Les six exigences fondamentales du SWK sont les suivantes :

  • Définir, opérationnaliser et réviser les objectifs et les compétences pédagogiques dans les conditions de la numérisation
  • Promouvoir le développement des compétences des apprenants grâce à des processus d’enseignement et d’apprentissage assistés par le numérique
  • Professionnaliser les enseignants et les spécialistes pédagogiques pour une utilisation efficace des technologies numériques
  • Soutenir l’enseignement et l’apprentissage améliorés par la technologie grâce au développement scolaire basé sur les données
  • Garantir une infrastructure technique efficace et un support fiable
  • Construire des structures pour le développement basé sur la recherche et la mise en œuvre de technologies d’enseignement numérique

Renforcer le sujet de l’informatique et rendre le contenu d’apprentissage contraignant

Tous les domaines de la numérisation sont concernés : de l’équipement technique et de la fourniture d’appareils finaux aux concepts didactiques pour l’intégration des médias numériques dans la salle de classe et également dans les tests de classe à un contrôle de qualité transnational des supports d’apprentissage numériques. Pour l’instant, il n’y en a pas.

Par exemple, le panel d’experts est favorable au renforcement de la thématique informatique et à sa transversalité. Jusqu’à présent, il n’a pas été proposé partout, uniquement dans les niveaux scolaires individuels et non avec un contenu contraignant. Cependant, le sujet ne couvre qu’une dimension de l’éducation numérique.

Il est tout aussi important de pouvoir utiliser des outils numériques spécialisés. Et troisièmement, les étudiants doivent acquérir des compétences numériques transversales. Cela comprend, par exemple, l’obtention d’informations sur Internet ou la possibilité de vérifier des faits dans les médias numériques.

Vérifier les compétences numériques dans le travail comparatif

À la fin du premier cycle du secondaire, les élèves doivent avoir acquis les compétences nécessaires et être capables d’utiliser des outils numériques pour apprendre et résoudre des tâches. Ces compétences doivent également être vérifiées dans des travaux comparatifs. La Commission demande également un “complément au règlement d’État sur les tests de classe et les examens finaux centraux avec des déclarations sur l’utilisation obligatoire des outils numériques lors du traitement des tâches”. Jusqu’à présent, les formats d’examen numériques n’ont guère été proposés.

Pour l’utilisation des médias numériques en classe, la commission recommande « le développement et l’évaluation de concepts didactiques », car l’utilisation de supports d’apprentissage numériques seuls ne permet pas un enseignement de qualité. Cela inclut également les qualifications appropriées pour les enseignants dans les trois phases de la formation des enseignants. Il devrait également y avoir des possibilités de formation continue de plus en plus flexibles ici. Et les offres devraient se rapporter davantage à la réalité de l’enseignement.

Personnel d’assistance technique supplémentaire requis

En matière d’équipement technique, les experts de la Commission scientifique permanente ne se préoccupent pas seulement des appareils numériques et d’une connexion Internet stable. Ils demandent également “la création de fonctions scolaires à l’intersection des compétences en didactique des médias, en didactique des matières et en technologies de l’information pour coordonner les concepts d’éducation aux médias et assurer un soutien de base”. Cependant, on ne sait toujours pas qui doit s’acquitter de cette tâche. Avec une telle pénurie de travailleurs qualifiés, en particulier dans le secteur informatique, il sera difficile de pourvoir de tels postes, ou comme l’a déclaré le sénateur hambourgeois pour l’éducation Ties Rabe (SPD) lors de la conférence de presse de la Conférence des ministres de l’éducation à propos de Assistance informatique dans les écoles : “Il est plus difficile de dépenser de l’argent que d’en avoir reçu auparavant.&https://deutsches-schulportal.de/#8221;

Le président du KMK voit dans le document “des suggestions précieuses que nous, au KMK, sommes heureux de reprendre”. Avant la fin de cette année, la Conférence des ministres de l’Éducation entend compléter la stratégie 2016 « L’éducation au monde numérique » par les thèmes listés par le comité consultatif. Et Britta Ernst a encore assuré : “Nous en discuterons également directement avec les membres de la Commission scientifique permanente.”

Leave a Comment