Angst vor mehr Hass im Netz durch Musks Twitter-Übernahme

des médias sociaux

Peur de plus de haine sur le net grâce à la prise de contrôle de Twitter par Musk

Mis à jour: 27/04/2022, 16:37


Icône Twitter vue sur un téléphone mobile.

Photo: dpa

Le patron de Tesla, Elon Musk, promet plus de liberté d’expression après avoir repris Twitter. Mais on craint beaucoup que le son ne devienne plus rugueux.

Berlin/Austin. L’annonce du milliardaire technologique Elon Musk selon laquelle il assouplirait les restrictions de contenu après une prise de contrôle de Twitter a alimenté les craintes d’une plus grande haine en ligne.

Les politiciens numériques allemands ont exprimé leur inquiétude quant aux conséquences possibles. Musk a réitéré qu’à son avis, toutes les déclarations devraient être autorisées dans le cadre de la loi. Dans l’Union européenne, cependant, la loi sur les services numériques (DSA) récemment adoptée prévoit une surveillance plus stricte des plateformes en ligne.

Musk avait convenu avec Twitter d’une prise de contrôle d’environ 44 milliards de dollars du service en ligne. Le patron du constructeur de voitures électriques Tesla détient jusqu’à présent une participation d’un bon neuf pour cent. La prise de contrôle dépend d’un nombre suffisant d’actionnaires disposés à lui vendre leurs actions pour 54,20 $ l’action. Twitter et Musk visent à finaliser la vente d’ici la fin de l’année. Si l’une des parties devait dissoudre l’accord, une astreinte d’un milliard de dollars sera due, selon des documents publiés mercredi soir.

Plate-forme de liberté d’expression

Musk cite son intérêt pour Twitter comme une raison de créer une plate-forme mondiale pour la liberté d’expression. Il critique qu’il y ait actuellement trop de restrictions sur Twitter : “Je suis contre la censure qui va bien au-delà de la loi.”

Deux groupes en particulier se sont récemment plaints particulièrement bruyamment de la “censure” présumée sur Twitter : les personnes dont les messages ont été attaqués en raison d’informations fausses ou trompeuses sur le virus corona, et les partisans de l’ancien président Donald Trump, qui ne peuvent pas facilement affirmer qu’il est-il l’élection 2020 volée. D’autres plateformes en ligne telles que Facebook ont ​​également introduit de telles restrictions pour protéger la santé des utilisateurs et empêcher l’escalade des tensions politiques.

“Si les gens veulent qu’il y ait moins de liberté d’expression, ils demanderont aux gouvernements d’adopter des lois dans ce sens”, a écrit Musk sur Twitter mardi. “En conséquence, il est contre la volonté du peuple d’aller au-delà de la loi.”

Référence aux règles européennes

Pour l’Europe, le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton est assoupli sur la loi sur les services numériques (DSA). “Chaque entreprise de l’Union européenne doit se conformer aux règles, c’est aussi simple que cela”, a-t-il déclaré à l’agence de presse allemande. Ceux qui ne se conforment pas à ces règles s’exposent à des pénalités pouvant atteindre 6 % des ventes annuelles mondiales. Il ne voit aucun problème avec l’application même si Twitter est entre les mains de Musk.

Avec la DSA, par exemple, les plateformes comptant plus de 45 millions d’utilisateurs devraient embaucher beaucoup plus de modérateurs de contenu, dans toutes les langues de l’UE. Ils devraient également agir immédiatement si du contenu illégal se trouve sur leurs pages. “Les plateformes ont le devoir de nous dire combien d’utilisateurs elles ont, et nous avons des moyens de contrôler cela”, a déclaré Breton.

Selon les derniers chiffres, Twitter comptait 217 millions d’utilisateurs actifs quotidiens dans les propres applications de l’entreprise ou la version Web à la fin de 2021. Depuis quelque temps, le service ne publie que le nombre d’utilisateurs qui voient des publicités sur la plateforme.

La reprise de Twitter n’est que le début ?

La vice-présidente de la Commission européenne chargée de la politique numérique, Margrethe Vestager, a souligné les limites de la liberté d’expression. “La liberté d’expression est un atout précieux – tout comme la démocratie. S’il est interdit en Europe d’inciter à la violence ou au terrorisme en ligne, cela restreint la liberté d’expression, mais c’est dans l’intérêt de la démocratie”, a-t-elle déclaré à l’hebdomadaire Die Zeit. “. “En fin de compte, peu m’importe qui est propriétaire de la plate-forme tant qu’ils respectent les règles”, a déclaré Vestager. “Cela ne deviendrait problématique que si Elon Musk achetait plusieurs réseaux sociaux.”

Les politiciens allemands étaient inquiets. “La liberté d’expression et la protection contre les insultes et la diffamation ne doivent pas se jouer les unes contre les autres, les deux doivent être assurées par des plateformes en ligne”, a déclaré Renate Künast, membre du Parti écologiste, au “Redaktionsnetzwerk Deutschland” (RND). Malgré tous les efforts, Twitter a actuellement un problème majeur avec la haine et la désinformation. Les annonces de Musk montrent à quel point la loi sur les services numériques est importante.

Le porte-parole de la politique numérique du groupe parlementaire SPD, Jens Zimmermann, a évoqué “le grand danger que Musk puisse abuser de la plateforme à des fins et ambitions politiques personnelles”. Son collègue du groupe parlementaire FDP, Manuel Höferlin, a préconisé d’attendre les prochaines étapes de Musk. La porte-parole de la politique numérique du groupe parlementaire “Die Linke”, Anke Domscheit-Berg, a qualifié le projet de rachat de très dangereux. “Étant donné qu’Elon Musk n’a pas caché sa propre proximité avec les récits de complot et les cercles de droite, on ne peut s’attendre à rien de bon.” Elle a appelé à un réseau social financé par l’État.

Les plans de rachat de Musk – comme ce fut le cas lorsque Facebook a acheté WhatsApp – ont donné lieu à des discussions sur des alternatives. Le nom du réseau Mastodon développé en Allemagne est souvent cité. Cependant, plusieurs tentatives dans le passé pour mettre en place une alternative complète à Twitter ont échoué. Par exemple, App.net – conçu comme une sorte de Twitter avec des frais d’abonnement – a été abandonné en 2017 après cinq ans. Chez WhatsApp, malgré toute l’effervescence, il n’y a pas eu d’exode majeur d’utilisateurs.

© dpa-infocom, dpa:220427-99-57140/3


Leave a Comment