Update der Corona-Impfempfehlungen des Robert Koch-Institus: www.frauenaerzte-im-netz.de

22/09/2021

STIKO conseille aux femmes enceintes à partir du 2e trimestre, aux femmes qui allaitent et aux femmes qui souhaitent avoir des enfants de se faire vacciner contre le COVID-19.

C’est un moment important pour toutes les femmes en Allemagne qui attendent un enfant, allaitent ou planifient une grossesse. Après des mois de pression des associations gynécologiques sur la base de recommandations scientifiques[1] il y a maintenant une percée. Après avoir évalué les preuves disponibles, le Comité permanent de la vaccination (STIKO) de l’Institut Robert Koch (RKI) recommande désormais (à compter du 17 septembre 2021) à toutes les femmes enceintes non vaccinées à partir du 2e trimestre et aux femmes allaitantes non vaccinées de se faire vacciner contre le COVID-19 à l’âge de deux Doses d’un vaccin à ARNm

  • à des intervalles de 3 à 6 semaines (Comirnaty, BioNTech) ou
  • 4 à 6 semaines d’intervalle (Spikevax, Moderna Biotech).

Si la grossesse a été constatée après la première vaccination, la deuxième vaccination associée ne doit être effectuée qu’à partir du 2e trimestre, recommande désormais la STIKO.[3]

Le STIKO formule trois objectifs pour la vaccination des femmes enceintes et allaitantes :

  1. Prévention des évolutions sévères du COVID-19 et des décès chez les femmes enceintes et allaitantes,
  2. Prévention des complications de la grossesse dues à l’infection par le SRAS-CoV-2,
  3. Prévention des conséquences fœtales et néonatales de l’infection par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse.

“Bien que la recommandation de vaccination soit tardive par rapport à d’autres pays, nous nous félicitons vivement du résultat du STIKO. La recommandation est tout à fait dans notre intérêt – la justification scientifique est très factuelle. Désormais, les gynécologues peuvent conseiller leurs patientes sur les avantages de la protection vaccinale et recommander en toute objectivité la vaccination contre le COVID-19. Prof. Dr. Ekkehard Schleußner, chef du groupe d’auteurs pour les recommandations de vaccination des associations professionnelles gynécologiques

Comme l’expliquent les auteurs de la recommandation STIKO dans le Bulletin épidémiologique 38/21[3], la vaccination produit un très bon effet protecteur contre l’infection et les évolutions sévères du COVID-19 dans la même mesure chez les femmes enceintes que chez les femmes non enceintes. Les données de sécurité disponibles ne montrent pas une augmentation de la fréquence des effets indésirables graves des médicaments (EIM) pendant la grossesse ou un risque accru d’EIM graves pendant l’allaitement pour la mère et l’enfant, en particulier les fausses couches jusqu’à la 19ème semaine de grossesse (GW), les naissances prématurées, mortinaissances ou malformations.

De plus, un transfert des anticorps maternels anti-SARS-CoV-2 via le placenta a été prouvé. Les médecins obstétriciens avaient déjà signalé dans le cadre de leurs recommandations au printemps 2021[1]que les anticorps maternels peuvent provoquer une certaine protection contre l’infection, une soi-disant immunité de prêt pour le nouveau-né.

De plus, la Commission conseille expressément à toutes les personnes en âge de procréer qui ne sont pas encore ou partiellement vaccinées de se faire vacciner contre le COVID-19 après avis médical, afin qu’il y ait une très bonne protection contre le virus avant même qu’une grossesse ne survienne.

Arrière-plan: Dans le cas de maladies antérieures (telles que l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète sucré), le risque de maladie grave après une infection par le SRAS-CoV-2 est encore plus élevé. La vaccination protège très bien les femmes enceintes et non enceintes contre les infections SARS-CoV-2 symptomatiques et contre les évolutions sévères du COVID-19 avec hospitalisation. Bien qu’il n’existe actuellement aucune étude sur la protection des femmes enceintes contre la variante delta, on peut supposer que les femmes enceintes non vaccinées sont plus à risque en raison de l’infectiosité accrue de la variante delta du SRAS-CoV-2.

A noter : Afin de protéger indirectement les femmes enceintes, les associations gynécologiques recommandent également de vacciner les contacts proches, notamment les partenaires de vie immédiats.

Informations Complémentaires:

[1] Communiqué DGGG, mai 2021

[2] Communiqué de presse STIKO sur la mise à jour de la recommandation de vaccination COVID-19 pour les femmes enceintes et allaitantes, 10 septembre 2021

[3] Recommandation STIKO pour la vaccination contre le COVID-19 chez les femmes enceintes et allaitantes, 16 septembre 2021

Source : Communiqué de presse conjoint de l’Association professionnelle des gynécologues et de la Société allemande de gynécologie et d’obstétrique (DGGG) réunies au sein du Conseil et du Collège allemands d’obstétrique et de gynécologie (GBCOG) © BVF et DGGG 2021

Leave a Comment