Trifft auf Massenhaltung zielendes Antibiotikaverbot auch Heimtiere?

Quiconque cherche actuellement de l’aide chez le vétérinaire avec un chien, un chat ou un lapin peut difficilement éviter les affiches de protestation et les listes de signatures : il s’agit d’un projet d’interdiction des antibiotiques par l’UE.

Toujours dans les fenêtres du cabinet, le Dr Nicole Lange & Volker Löffler accrochent des affiches de protestation de l’Association fédérale des vétérinaires praticiens (BpT). A la Schachtstraße 67 à Marl-Brassert, on vient avec des patients qui correspondent exactement à l’idée commune d’un cabinet animalier : avec des chiens, des chats, des oiseaux, des reptiles, des lapins, des cobayes…

Médicament de choix pour les infections bactériennes

Vous pouvez avoir une maladie ou une blessure pour laquelle les antibiotiques sont le traitement de choix. “On a aussi besoin d’antibiotiques en médecine vétérinaire”, précise Nicole Lange. Dans les affaires quotidiennes, l’utilisation d’infections ou de blessures bactériennes est parfois inévitable. Les otites, par exemple, sont courantes – chaque propriétaire d’animal qui voit son “membre de la famille” souffrir peut chanter une chanson à ce sujet.

Protestation contre les plans de l’UE : Le message des antibiotiques de Bruxelles est arrivé à Marl – maintenant les cabinets vétérinaires vont dans le sens opposé et espèrent être entendus. © Julia Dizatzko © Julia Dizatzko

Dans la discussion sur une interdiction prévue par l’UE des antibiotiques dans les étables d’engraissement, Lange ne veut pas rejeter la comparaison selon laquelle l’objectif est l’élevage industriel, mais les pratiques animales et des millions de propriétaires d’animaux de compagnie et d’animaux de ferme, par exemple les chevaux B., sont pris avec le même. “Nous craignons vraiment que certains antibiotiques ne nous soient plus disponibles à l’avenir”, rapporte Nicole Lange. “Nous avons encore besoin de tous les antibiotiques approuvés pour la médecine vétérinaire.”

La réservation pour les humains est hors de question

“Il ne fait aucun doute que les humains doivent être réservés aux antibiotiques”, précise Lange – même les vétérinaires dépendent du fait que les germes multi-résistants chez l’homme peuvent encore être combattus d’une manière ou d’une autre dans le cas de leurs propres maladies.

Lange venait d’opérer jeudi après-midi et, comme toujours, essayait de se passer d’antibiotiques – ou d’en limiter autant que possible l’utilisation.

L’année prochaine, son cabinet fêtera ses 20 ans. La femme de 46 ans travaille bénévolement en tant que membre de l’assemblée de chambre de l’Association vétérinaire de Westphalie-Lippe et au conseil d’administration de l’association d’État BpT pour Westphalie-Lippe – c’est ainsi qu’elle est en contact avec de nombreux collègues. “Je ne connais personne qui ne fasse pas la même chose. Tout le monde est au courant du sujet. Nous sommes déjà sur la bonne voie, en économisant partout où nous le pouvons.”

Depuis 2018, par exemple, un test de sensibilité aux antibiotiques (antibiogramme) est dû afin de pouvoir évaluer si et quels moyens sont efficaces dans un cas précis. Pour certaines espèces animales, la gamme d’antibiotiques appropriés est également très étroite.

Trop de lacunes dans le premier projet de l’UE

Alors pourquoi ce conflit ? Le 13 juillet, un veto des Verts au sein de la commission de l’environnement et de la santé du Parlement européen a stoppé une première proposition de la Commission européenne sur la future gestion des antibiotiques dits de réserve dans l’élevage industriel – mot-clé engraissement des volailles – car trop laxiste.

Selon le politicien allemand de l’UE Martin Häusling (Parti des Verts), il contient entre autres des lacunes pour l’utilisation à grande échelle d’antibiotiques de réserve dans l’engraissement – il ne fait aucun doute qu’il y a une grande et justifiée inquiétude quant au fait que les antibiotiques disponibles ne sont plus efficaces dans le traitement des humains. Häusling a déjà réagi avec véhémence à la campagne des vétérinaires avec une lettre ouverte : « Ni le traitement des animaux individuels ni les animaux de compagnie ne sont affectés par cette décision !

Alors tout va bien ? La campagne de signature des vétérinaires praticiens est prévue jusqu’au 8 septembre. Il existe également une pétition en ligne qui n’a pas été initiée par l’association fédérale mais qui est néanmoins soutenue.

Le vote final doit avoir lieu au Parlement européen à la mi-septembre et la nouvelle loi entrera en vigueur à partir de janvier 2022. le docteur Nicole Lange et ses collègues espèrent être entendus à Bruxelles. Des patients à quatre pattes attendent déjà.

Leave a Comment