OB-Wahl Magdeburg 2022: Diese Kandidatinnen gehen an den Start

Élection du maire de Magdebourg 2022 : ces candidats commencent

Par Léna Schubert

Magdebourg – Dimanche prochain vous n’aurez que l’embarras du choix : Mourir Magdebourg peut élire un nouveau maire et désigner le successeur de Lutz Trümper (66 ans, SPD). Vous n’avez pas encore obtenu les bonnes informations ? Nous vous aiderons et présenterons les neuf candidats dans une mini-série en trois parties. Voici les premières candidates – toutes des femmes ! – dans le court contrôle TAG24.

Aujourd’hui: Nicole Anger (45 ans, à gauche), Sarah Biedermann (24 ans, électeurs libres), Simone Borris (59 ans, candidate individuelle).

Note de transparence : TAG24 a posé les mêmes questions aux neuf candidats. Les réponses sont reproduites ci-dessous dans leur formulation originale. Les candidats sont classés par ordre alphabétique de nom de famille.

Le 24 avril, les élections municipales auront lieu à Magdebourg. Les bureaux de vote sont ouverts de 8h00 à 18h00 © Swen Pförtner/dpa

Nicole Anger (45 ans, à gauche)

La candidate de gauche Nicole Anger (45 ans) postule au poste de maire de Magdebourg.

La candidate de gauche Nicole Anger (45 ans) postule au poste de maire de Magdebourg. © Ben Gross

TAG24 : Quelles sont les trois questions clés qui doivent être abordées en premier au niveau politique à Magdebourg après les élections et pourquoi ?

Nicole Colère : La situation du trafic à Magdebourg dégage un manque d’attrait tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il y a encore beaucoup de potentiel à la hausse, surtout en ce qui concerne la mobilité dans la capitale de l’État. (…). C’est pourquoi nous devons enfin parvenir à une meilleure coordination des chantiers et, par conséquent, à une amélioration significative de la situation du trafic.

Nous avons besoin d’espaces de vie abordables pour les familles dans tous les quartiers de Magdebourg, mais aussi pour les retraités et les étudiants. Et nous devons mettre un accent particulier sur le logement social. (…) Les appartements existants doivent aussi rester abordables pour tous. Personne ne devrait être chassé de son cadre de vie habituel à cause de la hausse des loyers et des coûts énergétiques. Je ne veux pas que les sociétés immobilières décident dans quelle direction notre ville se développe, mais plutôt ses habitants.

(…) Je m’en tiens à la revendication d’un billet étudiant permettant à tous les enfants et jeunes de voyager gratuitement en bus et en train, et pas seulement sur le chemin de l’école. Ce serait aussi un gain pour un redressement complet des transports. Nous avons besoin de transports publics locaux attractifs et surtout bon marché.

TAG24 : Qu’est-ce qui vous plaît à Magdebourg et qu’est-ce qui doit être amélioré ?

Nicole Colère : (…) Quand moi, en tant que natif de Magdebourg, je vois comment la ville a changé au cours des 10 ou 20 dernières années et avec combien de créativité et d’engagement les habitants de cette ville y ont contribué, alors je suis très heureux. Nous pouvons voir que les habitants de Magdebourg veulent contribuer à façonner leur ville. C’est pourquoi ce sont principalement les gens qui rendent cette ville spéciale pour moi. Magdebourg est un centre urbain de Saxe-Anhalt avec des offres passionnantes et variées dans le secteur culturel – des musiciens de rue aux écoles d’art pour jeunes et du théâtre de marionnettes à l’opéra. Il y a des espaces dans la ville qui peuvent encore être développés, dans lesquels les gens peuvent concrétiser leurs idées. (…) Dans le centre-ville, nous avons de nombreux endroits où vous pourrez vous détendre et vous détendre – comme le parc Rotehorn le long de l’Elbe. Vous n’avez pas besoin de quitter Magdebourg pour respirer profondément. Par conséquent, ces lieux doivent également être préservés. (…) La candidature pour la Capitale de la culture et aussi le monde des lumières montre à quel point nous pouvons et devons avoir confiance en nous. Magdebourg n’a pas la force économique que possèdent d’autres villes de taille similaire. Avec le règlement Intel, nous sommes maintenant confrontés à des défis majeurs. L’infrastructure de la ville doit être abordée et agrandie. La ville se développera très dynamiquement. Ce faisant, nous devons également faire face aux défis du changement climatique. (…) Magdebourg va changer et nous, en tant que société urbaine, devons nous y attaquer et ne pas laisser Intel décider de la direction que nous prendrons à l’avenir.

TAG24 : Pourquoi voter pour vous et pas pour l’un des autres candidats ?

Nicole Colère : Une ville en croissance a besoin de sécurité sociale, d’accès à la meilleure éducation possible, d’opportunités culturelles et de rencontres ouvertes. La cohésion doit être renforcée, au sein des quartiers et entre les quartiers. Je veux que personne ne reste : que ce soit dans la ville nouvelle ou ancienne, en centre-ville ou en périphérie, résidents de longue date ou nouveaux arrivants. Le redéveloppement urbain doit être adapté aux familles et aux personnes âgées et suivre des critères plus écologiques. En plus de vivre, la situation du trafic dans la capitale de l’État est l’une des tâches les plus importantes. Une politique des transports raisonnable qui tient compte de tous les intérêts en est la ligne directrice. Une attention particulière doit être portée à la sécurité des trajets vers l’école, que ce soit à pied, à vélo ou en bus/train. (…) Ma politique de la ville vise l’égalité des chances, la cohésion et la cogestion. Je suis une militante passionnée pour la participation populaire. Je voudrais impliquer les habitants de Magdebourg dans le développement de notre ville bien plus que ce qui a été fait jusqu’à présent. Parce qu’ensemble, nous pouvons faire plus. Magdebourg est notre maison à tous !

Vous pouvez en savoir plus sur le programme électoral de Nicole Anger ici.

Sarah Biedermann (24 ans, électeurs libres)

Sarah Biedermann (24 ans, électeurs libres) veut également devenir la nouvelle maire.

Sarah Biedermann (24 ans, électeurs libres) veut également devenir la nouvelle maire. © Kay Spaete

TAG24 : Quelles sont les trois questions clés qui doivent être abordées en premier au niveau politique à Magdebourg après les élections et pourquoi ?

Sarah Biedermann : Premièrement : le règlement Intel inspire la région. Cependant, nous ne devons pas rester les bras croisés maintenant. Le vrai travail commence maintenant. D’un point de vue municipal, de nombreux projets doivent être poussés et mis en œuvre en amont : voiries, transports en commun, écoles, crèches, appartements, infrastructures, etc. (…)

Deuxièmement : le chantier tendu et la situation de la circulation doivent être mis à l’épreuve. Il y a un fort potentiel de frustration dans la ville. De nombreux habitants de Magdebourg souhaitent une coordination et une coordination optimales sur les chantiers de construction et une meilleure fluidité du trafic.

Troisièmement : les familles de Magdebourg ont besoin d’aide. Que ce soit avec un espace de vie abordable, des frais de garderie et de garderie après l’école, des repas gratuits dans les établissements à l’avenir, avec un billet étudiant gratuit pour les stagiaires également et un équipement numérique raisonnable non seulement à l’école mais aussi à la maison, quels que soient les parents ‘ portefeuilles. La participation sociale doit être garantie. Le tout ne fonctionne qu’avec un développement économique raisonnable et proactif, car les colonies et les fondations d’entreprises signifient de bons emplois et de bons salaires et revenus pour la trésorerie de la ville, qui en fin de compte peuvent également être judicieusement investis et planifiés.

TAG24 : Qu’aimez-vous à Magdebourg ? Et que faut-il améliorer ?

Sarah Biederman : Les gens sont tout simplement géniaux : les Machteburjer ont une grande gueule et un grand cœur. C’est ce qui la rend si adorable. Et bien sûr l’histoire et la culture de la ville, ses endroits et places magnifiques, mais aussi rudes, la verdure dans les jardins et les parcs, l’enthousiasme pour le sport et mes endroits préférés sur l’Elbe. (…) Une grande ville n’est jamais parfaite : la circulation et la situation des chantiers doivent être optimisées. Les jeunes familles, par exemple, ont non seulement besoin d’un espace de vie abordable et de qualité, mais aussi d’une infrastructure fonctionnelle dans les écoles, les crèches et les transports publics. Les jeunes ont besoin d’offres attractives et réalisables pour eux. Incidemment, cela s’applique à tous les citoyens, jeunes et moins jeunes. Mais bien sûr, le tout doit aussi pouvoir être financé. Une politique d’implantation proactive crée de nouveaux emplois innovants et bien rémunérés et laisse la valeur ajoutée dans la région. Je veux de la jeune politique pour toutes les générations.

TAG24 : Pourquoi voter pour vous et pas pour l’un des autres candidats ?

Sarah Biedermann : Notre avenir commence maintenant… Et je le pense. On montre actuellement de façon dramatique à quel point les faits et les idées sont fragiles. Mais nous devons aussi regarder vers l’avenir et faire des ajustements. “Gardez-le entre de bonnes mains” sonne bien, mais en fin de compte, ce n’est qu’une phrase creuse. Demain commence aujourd’hui, et notre jeune génération en particulier doit être capable de maîtriser ce demain. Je me compte parmi eux et, en tant que futur maire de Magdebourg, je voudrais assumer des responsabilités, rechercher des opportunités, saisir des opportunités, façonner au lieu d’administrer. Jeune politique pour toutes les générations de Magdebourg. Donnons une chance à la jeunesse, donnons un avenir à la jeunesse !

Vous pouvez en savoir plus sur le programme électoral de Sarah Biedermann ici.

Simone Boris (59 ans, candidat individuel)

La maire Simone Borris (59 ans, indépendante) souhaite désormais une promotion à la mairie.

La maire Simone Borris (59 ans, indépendante) souhaite désormais une promotion à la mairie. © Capture d’écran/Instagram/simone.borris

Les éditeurs n’avaient reçu aucune réponse de Simone Borris à la date limite de soumission de l’aperçu TAG24.

En octobre 2021, Simone Borris a été élue maire par le conseil municipal et est donc l’adjointe du maire Trümper.

Elle est particulièrement engagée dans le développement urbain, qui comprend des domaines tels que la culture, la politique sociale, le vivant et l’espace ouvert, les espaces verts, les transports.

Sous Simone Borris, les transports publics vont être mis à l’épreuve et des modèles tarifaires astucieux, comme la gratuité scolaire, vont être développés.

Vous pouvez en savoir plus sur le programme électoral de Simone Boris ici.

Demain, nous vous présenterons trois autres candidats : Bettina Cornelia Fassl (59 ans, Tierschutzallianz), Till Isenhuth (27 ans, candidat individuel) et le Dr André Jordan (46 ans, The Party).

Photo de couverture : Montage : Swen Pförtner/dpa, Ben Gross, Kay Spaete, Capture d’écran/Instagram/simone.borris

En savoir plus sur les élections locales :

Leave a Comment